Sénégal : hommage à Bruno Diatta, le sherpa des présidents

J’avoue que depuis que je vis au Sénégal, je ne me souviens pas avoir vu un hommage aussi grandiose et unanime à l’endroit d’un disparu. Le jeudi 27 septembre 2018, du Palais de la Présidence à la Cathédrale Notre-Dame-Des-Victoires de Dakar, l’émotion était grande et palpable. Tout le Sénégal avait le cœur étreint et la cité de Kabrousse, en Casamance, pleurait son fils. Cet homme, le sherpa des Présidents sénégalais depuis l’indépendance, c’est Bruno Diatta.

Feu Bruno Diatta, chef du protocole de la présidence sénégalaise. © DR

Feu Bruno Diatta, chef du protocole de la présidence sénégalaise. © DR

Bruno Diatta était d’une discrétion remarquable malgré son rôle central auprès de l’Etat. Ce qui n’est pas étonnant pour le Casamancais qu’il était.

Le sort aura voulu qu’il ne voit pas le jour de la commémoration des 16 ans du naufrage du bateau « Le Joola ». Bruno Diatta est décédé le 21 septembre 2018 et le 26 septembre aura été la date de la célébration. Etant Casamançais, il avait forcément des parents qui ont péri dans ce drame qui fait aujourd’hui partie intégrante de l’histoire du Sénégal et de sa région sud, la Casamance.

Je vous livre ici ce qui est un hommage à un homme que je ne connais pas mais dont j’ai tellement entendu parler. Et aussi, ce n’est plus un secret, tout ce qui touche à la Casamance me touche. Allez savoir pourquoi.

L’homme

De son nom complet Bruno Robert Louis Diatta, il était jusqu’à son décès le chef du protocole de la présidence sénégalaise. Cet agent de l’Etat est unanimement cité comme exemplaire et discret. Il a poussé ses premiers cris dans la ville au grand pont métallique, Saint Louis. Il y fit également ses études primaires et secondaires. Ce digne fils du Sud est donc né dans le Nord le 22 octobre 1948. C’est toujours dans cette ville très liée au jazz (un festival y est organisé chaque année) qu’il se maria.

Digne fils de Casamance, c’est par l’oraison funèbre lue en son honneur par le Chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, que je sus qu’il était de la même lignée que la résistante Aline Sitoe Diatta de Kabrousse. Certainement que c’est pour cela que Bruno Diatta était doté d’une ténacité et d’une inflexibilité légendaires. Il était imbu des règles protocolaires au point où il savait recadrer même les Chefs d’Etat.

Bruno Diatta laisse derrière lui une veuve et 4 enfants.

Ses œuvres

Il a fait ses études supérieures en France (Institut d’Etudes politiques de Toulouse) et les a terminées à l’Ecole nationale d’Administration du Sénégal à la section « Diplomatie ».

Réputé homme efficace, discret et digne de confiance, il a mené, pour tous les Présidents du Sénégal, bien de missions sensibles. Ce qui est constant chez tous ceux qu’il a servi est de reconnaître qu’aucun secret du Palais ne pouvait se retrouver dehors à cause de lui. Ce qui explique certainement qu’il soit resté au Palais depuis 1977. Il y fut introduit par le premier Président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor. Par la suite, il fut au service d’Abdou Diouf, d’Abdoulaye Wade et de Macky Sall. Ce dernier l’éleva au rang de ministre. Le Sénégal entier sait qu’Abdou Diouf avait conseillé à son successeur Maitre Abdoulaye de ne pas se séparer de Bruno Diatta.

Il était un acteur important du dialogue islamo-chrétien qui fait du Sénégal, l’un des pays où les confessions religieuses vivent en parfaite harmonie. Il était chrétien catholique certes, mais œuvrait aussi pour que la communauté chrétienne protestante ait aussi sa place. Aussi a-t-il favorisé bon nombre de rencontres entre ces deux confessions et les plus hautes autorités du Sénégal.

Les Chrétiens du Sénégal savent et reconnaissent que Bruno Diatta murmurait à l’oreille des Présidents et qu’il était écouté. Mieux, il était aussi porteur de messages des musulmans. Un vrai trait d’union entre beaucoup de couches de la société sénégalaise.

L’hommage de la nation

Je vous disais tantôt que le Président Macky Sall l’a élevé au rang de Ministre. Dans son discours-hommage en guise d’oraison funèbre, il a dit ceci : « J’ai voulu ainsi reconnaître les qualités personnelles et ses mérites professionnelles au service de l’Etat ». Cet hommage n’est sans doute pas fortuit puisque le Président connaissait bien l’homme et depuis fort longtemps. Le Président Macky a été, avant d’être Chef de l’Etat, ministre des mines et de l’énergie, ministre de l’intérieur, maire de Fatick et aussi Président de l’assemblée nationale.

A titre posthume, Bruna Diatta a été élevé au rang de Chevalier de l’Ordre national du Lion. Cette distinction est la plus élevée du pays.

La salle des conseils de la Présidence de la République du Sénégal portera, désormais, son nom. Le grand amphithéâtre de l’Ecole nationale d’Administration aussi. Il sera le parrain de la promotion 2019 de cette école.

Enfin, l’Etat a aussi promis d’accompagner la réalisation du projet d’Académie du protocole que Bruno Diatta envisageait de créer. Sans être dans le secret des dieux, je pense quand même que cette académie portera son nom.

Les rois et notables de Kabrousse, le village du Département d’Oussouye, étaient aussi présents à Dakar pour les obsèques. Ils étaient reconnaissables dans leurs tenues rouges. Certainement que les funérailles traditionnelles de l’illustre disparu auront bientôt lieu dans son village.

Le sherpa, l’homme de l’ombre et des missions délicates, s’en est allé. Fidèle à lui-même, il s’en est allé dans le calme.

Emit é ékane fouyaki fou djélène (littéralement « Dieu fasse que la tombe te soit fraîche », en langue Diola de Kabrousse)

Par Roger Mawulolo (facebook) (twitter)

À propos de l'auteur

Mawulolo

Travaillant dans le domaine des TICs (Ingénieur Informaticien) dans un organisme international africain, il me semble au fil des ans que je deviens accro à l'écriture et à la communication. Que ce soit sous forme d'articles ou de commentaires sur le web, de présentation radio ou de spectacle, je m'y sens de plus en plus comme un poisson dans l'eau. Je suis un africain né sur le continent noir et y vivant. J'aime traiter de politique, de société et aussi de sport. Au delà, la gestion de programme Jeunesse est mon dada. A ce titre, je suis le gestionnaire actuel des projets "Jeunesse" d'une communauté regroupant 35 associations, venant de 24 pays, réparties en Europe, en Afrique, en Amérique latine, dans l'Océan indien et dans le Pacifique

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *