Pour qui sont ces croyants qui crient sur nos têtes* ?

De nos jours, nous assistons à un véritable défilé d’actions et de déclarations déroutantes de la part de soi-disant religieux (toutes religions confondues). Il y a quelques semaines un célèbre prophète (c’est avec ce titre qu’il se définit lui-même) a déclaré que Dieu lui a révélé qu’Hillary Clinton allait remporter les élections américaines. Ce qui ne fut pas le cas puisque c’est Donald Trump qui a été élu. Au delà de ce cas, on assiste à toutes sortes d’actes hideux posés au nom de Dieu. On se fait exploser au nom d’Allah, on spolie au nom de Jésus et j’en passe.
On se demande alors pour quel « dieu » alors travaillent tous ces prétendus croyants.

Illustration Religions - www.pixabay.com

Illustration Religions – www.pixabay.com

Violences faites aux enfants

A Kinshasa, on appelle « kindoki », des enfants innocents accusés de sorcellerie souvent par leur famille. Avec l’aide de prétendus pasteurs véreux, ils sont soumis aux pires tortures morales et physiques. Beaucoup y ont laissé leur vie. Il a fallu que des Organisations Non Gouvernementales élèvent la voix pour que le phénomène diminue. Mais il est loin d’avoir cessé.
Ce qui est étonnant est que les pasteurs concernés crient haut que Dieu est capable de miracles. Si c’est cela, il est alors capable de délivrer ces enfants sans qu’on ait besoin de les toucher physiquement. Il aurait suffi de prier ou de les asperger d’eau bénite. Au lieu de cela, les prétendus chefs religieux les attachent et les frappent souvent violemment. Sans oublier qu’ils font même payer les familles pour ces séances de délivrance. Certains enfants sont victimes de crimes rituels. Richard Hoskins a d’ailleurs traité de ces pratiques dans son livre « L’enfant dans la Tamise« .

A Dakar, beaucoup d’enfants appelés communément, en wolof, « talibés » confiés à des maîtres religieux sont envoyés mendier dans les rues. Tout ce qu’ils récoltent est ensuite reversé à leur maître. Ce dernier qui a en charge leur éducation religieuse se sert plutôt d’eux pour se remplir les poches. Des cas de mauvais traitements sur des enfants n’ayant pas ramené assez d’argent sont fréquents. Les autorités sénégalaises  tentent vainement de lutter contre ce phénomène.

Dans le fond, ces religieux s’enrichissent sur le dos des parents ignorants en prenant l’innocence, l’avenir et la vie de ces enfants.

Injustices faites aux femmes

Les femmes célibataires avec enfants et les fille-mères sont vouées aux gémonies avec ces soi-disant « hommes de Dieu ». Dans des communautés religieuses, s’il arrive qu’une femme ou une fille célibataire se retrouve enceinte, elle devient la risée de tous et elle est condamnée car portant les signes du péché. Des cas extrêmes d’excommunication ou de lapidation (je m’abstiens de mettre une vidéo de lapidation) sont même de mise. Je me souviens encore que dans une église, un groupe de femmes a systématiquement refusé qu’une de leur « sœur en Christ » appartienne à leur groupe car elle était  mère sans être mariée. Les péchés visibles sont condamnés alors qu’il y a pire dans la masse ou parmi les dirigeants.

« Que celui qui n’a jamais péché lance donc le premier, la pierre ».

Aucun amour pour le prochain (pollution sonore, tuerie)

De nos jours, on se tue et on tue son prochain en criant « Dieu est le plus grand ». Le Dieu de la vie, à mon avis, a horreur qu’on touche à la vie humaine. Que ces vies soient celles des croyants ou des mécréants.

D’autre part, on peut organiser des veillées nocturnes et faire de grands vacarmes empêchant les voisins de se reposer tranquillement. Celui qui ose protester sera certainement traité de suppôt de satan. Je ne pense pas personnellement que Dieu soit partisan de ce désordre là. On doit pouvoir pratiquer sa religion sans déranger son voisin.

Destruction de l’environnement

Dans beaucoup de pays, il existe des forêts sacrées. Elles sont considérées  intouchables car selon les croyances, les dieux et les génies protecteurs des communauté y vivent. Ce que je retiens aussi est que ces forêts permettent au delà de tout le mystique dont on les entoure de garder intact toute une biodiversité et un grand patrimoine culturel. Dans beaucoup de contrées, elles sont demeurées les seules espaces verts préservés de destruction. Tandis que les grands « spirituels » y voient un domaine satanique, moi j’y vois une protection contre la déforestation totale. A certains moments des églises dites « éveillées » ont voulu pousser leurs adeptes à brûler ces forêts sacrées.
Je me dis que si réellement, ces nouveaux convertis croyaient en Dieu, ils sauraient qu’avec une prière cette forêt pouvait être purifiée de tout démon.
On pourrait ainsi sauvegarder l’environnement plutôt que de le détruire. Ces croyants manquent de foi.

Au lieu de tuer ou de maudire ou de blesser un individu considéré comme pécheur ou incroyant, nous devons plutôt l’aider à changer si nous pouvons. Si nous ne pouvons pas, laissons le tranquille car, même en religion, ma liberté s’arrête là où commence celle de mon prochain. Il en est de même pour ceux qui se croient obligés de faire des prophéties sans queue ni tête juste pour escroquer. Celui qui ne comprend pas cela ne travaille pas pour Dieu si ce n’est pour lui-même.

Par Roger Mawulolo [facebook] [twitter]

* Titre créé par une analogie avec l’allitération « Pour qui sont ses serpents qui sifflent sur vos têtes« 

À propos de l'auteur

Mawulolo

Travaillant dans le domaine des TICs (Ingénieur Informaticien) dans un organisme international africain, il me semble au fil des ans que je deviens accro à l'écriture et à la communication. Que ce soit sous forme d'articles ou de commentaires sur le web, de présentation radio ou de spectacle, je m'y sens de plus en plus comme un poisson dans l'eau. Je suis un africain né sur le continent noir et y vivant. J'aime traiter de politique, de société et aussi de sport. Au delà, la gestion de programme Jeunesse est mon dada. A ce titre, je suis le gestionnaire actuel des projets "Jeunesse" d'une communauté regroupant 35 associations, venant de 24 pays, réparties en Europe, en Afrique, en Amérique latine, dans l'Océan indien et dans le Pacifique

Archives par auteur

1 Commentaire

  1. Merci pour le billet. Le domaine de la religion n’échappe pas aux déviances de notre époque et c’est bien triste. Avec cette horde de fous de Dieu et de gourous difficile de rester pieux quand on n’a pas des croyances solides. Pauvre de nous.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *