Football-Eliminatoires CAN 2015 : La débâcle des Éperviers du Togo

Abattu en plein ciel par le Sily national de la Guinée, les Éperviers du Togo ont enfin montré leur vrai visage et leur vrai niveau. Assez pour que le site togolais de football togofoot.info titre son article « La honte nationale »
Les deux dernières victoires contre les Cranes de l’Ouganda ont tellement masqué les lacunes de la formation togolaise que tout le monde voulait se convaincre que tout irait mieux. Mais les Guinéens ont vite fait de remettre à jour la mauvaise organisation à la fédération togolaise de football, du niveau médiocre du staff sans parler des joueurs dont certains doivent tout simplement prendre leur retraite international.
Le Togo a perdu sur son sol par le score sans appel de 1 but contre 4 par la Guinée.

Les Eperviers - Photo : Africatopsports

Les Éperviers – Photo : Africatopsports

Une fédération mal gérée

La fédération togolaise de football fonctionne comme une épicerie de quartier. Tout est concentré dans les mains du tout puissant Président, Gabriel Ameyi, et de ses proches. La gestion financière et administrative de l’instance sont décriées car tout se fait selon la seule volonté d’un petit groupe. Ces dysfonctionnements ont causé un malaise tellement profond que Tino Adjété, le deuxième vice-président a dû démissionner pour dénoncer ces viles pratiques. Le premier vice-président, Hervé Piza, de son côté ne cesse de dénoncer les divers dysfonctionnements. Mais cela n’a eu aucun effet.
La FIFA avait, entre temps, réclamé des audits sur certains dossiers liés à des financements venant d’elle.

Au sortir de la CAN 2013 où, pour la première fois, le Togo a passé le cap du premier en 8 participations*, nos autorités n’ont trouvé mieux que de licencier le coach français Didier Six. Ceci a été fait avec la complicité de certains joueurs qui étaient dérangés dans leurs habitudes par la rigueur et la discipline imposées par le français.
Ceci n’est d’ailleurs pas un fait nouveau. La même chose s’était déjà produite lorsque le Nigérian Stephen KESHI avait réussi à qualifier le Togo pour le Mondial 2006. Il avait été purement et simplement remercié pour des raisons « mystérieuses ». Les vraies raisons sont qu’il voulait mettre fin au désordre et à l’indiscipline de certains fameux « cadres » des Éperviers. Cela n’arrangeait pas certains et ils ont réussi à faire licencier Keshi. Son remplaçant à l’époque, Otto Pfister, a eu l’expérience de la désorganisation de notre fédération et de l’indiscipline de nos joueurs. Le nom historique retenu pour cet épisode était le « feuilleton de Wangen ». A l’époque cela avait abouti à la démission de 4 membres importants de la FTF. Il s’agissait de MM.
Winny Dogbatsè et Thédore Kodjo Amégnran, respectivement premier et deuxième vice-présidents de l’association, Espoir Komlan Assogbavi, Secrétaire général et Tino Edoé Adjété, Trésorier général. A l’époque aussi, c’était la gestion de la fédération qui a été remise en cause.

En 2007, les cadets togolais s’étaient qualifiés pour le Mondial de leur catégorie. Le coach qui a réussi à faire d’eux des vice-champions d’Afrique, le local Abraw Samer a été remplacé à la veille de la compétition par un certain Paul Sauter.

Un billet entier ne sera pas suffisant pour étalier ici l’incompétence notoire de nos instances du football togolais.

Le niveau du staff technique

Demandez aux supporteurs togolais s’ils connaissent la composition du staff des Éperviers. A part le coach local Tchakala Tchanilé, les noms des autres ne sont connus que de ceux qui sont dans le secret des dieux de la FTF.

Le coach de la sélection nationale n’a aucun palmarès à son actif si ce ne sont quelques trophées locales. Avant d’être aux affaires à la sélection, il avait un centre de formation en football. Je ne saurai vous dire combien de joueurs reconnus il a pu mettre sur le marché.

Tchakala Tchanilé - Photo : Africatopsports

Tchakala Tchanilé – Photo : Africatopsports

Beaucoup se sont interrogés sur ses capacités à diriger la sélection nationale. Nos honteuses prestations face à la même Guinée ( match aller perdu par le Togo) et face aux Black Stars à Lomé n’ont fait que confirmer ces craintes. Les victoires sur la plus petit petite des marges contre l’Ouganda ont failli lui profiter. Malheureusement ou heureusement (c’est selon), nous nous rendons compte que ce coach n’est pas bon et n’est pas le bon pour nous. Ses systèmes tactiques hasardeux et ses choix avant et pendant les matchs laissent à désirer. Des joueurs évoluant dans des championnats au niveau douteux sont alignés.
Je n’ose pas insinuer ici que certains joueurs sont impliqués dans le choix de l’équipe à aligner.
Dans le match contre la Guinée, on a vu un Prince Segbefia aligné comme défenseur latéral. Ce joueur est normalement un milieu ou un attaquant dans tous les clubs où il est passé. Womé Dové, joueur de Free States en Afrique du Sud et qui a marqué 6 buts sur ses derniers matchs en club a été relégué sur le banc en début de rencontre. Les choix tactiques hasardeux et illogiques ont fini de nous plomber. En l’absence de Romao, joueur de l’Olympique de Marseille, le coach n’a pas su gérer le milieu.
Autant d’erreurs qui étaient, sans doute, prévisibles.

J’espère et je n’ose pas croire que ce sont des histoires d’amitié, d’affinités et de partage (de quoi?) qui sont les bases de choix des coachs et des joueurs.

J’espère aussi que vous ne vous attendiez pas à ce que je parle forcément du capitaine Shéyi Emmanuel Adébayor à qui tout le monde pense dès qu’on parle du football togolais.
Je vous laisse sur votre soif et je n’en dirai rien du tout. Allez y comprendre quelque chose. Dans tous les cas, vous pouvez utiliser les commentaires pour traiter de son cas.

Et maintenant ?

Il ne reste qu’une seule option pour se qualifier pour Guinée Équatoriale 2015, celle de battre le Ghana à Accra. Ceci relèverait de l’exploit au vu de ce que avons produit jusque là comme football.

La surprise existe des fois en football et j’espère que je serai surpris agréablement sinon j’avoue mon scepticisme. Même si je demeure un supporteur.

Pour finir, je dirai que j’ai deux vœux :

  • qu’on se qualifie malgré tout ( c’est dur à croire mais c’est comme ça)
  • qu’on vire le coach à la suite de la qualification

Pour une fois, je serai d’accord avec la pratique qui veut qu’on vire le coach qui était en place à l’obtention de la qualification avant d’aller en phase finale.
On n’aura fait que respecter cette tradition purement togolaise, non?

* En 2010, le Togo s’était qualifié pour la CAN en Angola mais n’a pas pu participer à la phase finale à cause de l’attentat de Cabinda.

À propos de l'auteur

Mawulolo

Travaillant dans le domaine des TICs (Ingénieur Informaticien) dans un organisme international africain, il me semble au fil des ans que je deviens accro à l'écriture et à la communication. Que ce soit sous forme d'articles ou de commentaires sur le web, de présentation radio ou de spectacle, je m'y sens de plus en plus comme un poisson dans l'eau. Je suis un africain né sur le continent noir et y vivant. J'aime traiter de politique, de société et aussi de sport. Au delà, la gestion de programme Jeunesse est mon dada. A ce titre, je suis le gestionnaire actuel des projets "Jeunesse" d'une communauté regroupant 35 associations, venant de 24 pays, réparties en Europe, en Afrique, en Amérique latine, dans l'Océan indien et dans le Pacifique

Archives par auteur

3 Commentaires

  1. Moi j’ai une solution facile. A un moment donné quand un truc ne fonctionne pas sur plusieurs années, on arrête complètement et on passe à autre chose. Il faut dissoudre cette fédération, dissoudre cette équipe nationale, mettre tout en jachère, attendre 5 ans, et relancer le football au Togo avec un nouveau staff. Point barre !

  2. Comment faire simple?!! Euh…. pour être tout à fait clair et concret, seuls ceux qui ont délibérément voulu être aveugles ou ceux qui sont suffisamment indigents en matière de connaissances en football se sont laissés avoir par cette équipe. Rassurez-vous, je suis togolais mais j’ai déserté le camp des supporters de cette équipe depuis 2006 et j’accueille ses résultats avec beaucoup d’indifférence. Pourquoi? D’abord, parce que cela fait de nombreuses années que la mauvaise gestion du football togolais est sur la table, qu’on en a parlé en long et en large dans tous les médias mais que rien ne change parce que ceux qui gèrent ce football et ce pays n’ont aucun intérêt à ce que cela change. Ensuite, il n’y a pas eu une seule compétition à laquelle le Togo ait jamais participé proprement. De mémoire d’homme et du haut de ma trentaine, je n’en ai pas le souvenir. Et ceux qui ont toujours causé les désordres sont toujours en place. Qu’attendez-vous d’autre de ces gens?! Aussi, comment les gens pouvaient-ils prendre ces victoires étriquées sur l’Ouganda qui n’est pas une référence en matière de football sur le continent comme de bons résultats?! C’est l’arbre qui cachait la forêt. Et quand des gens ont fait l’analyse judicieuse de ne pas se tromper avec ces victoires, de nombreux togolais sur une page comme Lomé Infos sont tombés sur le gars qui a écrit cela en le traitant de tous les noms, de rabat-joie, de quelqu’un qui ne veut pas apprécier le retour de l’équipe ou de personne de mauvaise foi. Ah oui, c’est cela aussi un problème des togolais : avoir la mémoire courte, la mémoire tellement courte qu’un jour ils souffrent d’une cuisante défaite et le lendemain s’extasient devant les « miracles » des éperviers, un jour se font bastonner par les policiers et les gendarmes et deux jours après les voilà dansant avec ces mêmes bourreaux parce que les éperviers ont gagné un match. Je ne parle pas des fonds engloutis à chaque fois. Et j’aimerais d’ailleurs finir par cela. Vous dites souhaiter, Monsieur, voir les éperviers se qualifier tout de même. Je crois pour ma part que vous faites une erreur. Si vous voulez éviter une autre et énième honte internationale malgré le fait qu’apparemment nous avons défoncé tous les plafonds en la matière, si vous voulez éviter de voir dirigeants, joueurs et gouvernements se chipoter encore sur les primes, si vous voulez éviter que des joueurs pères de familles dorment à même les bancs dans les aéroports, si vous voulez éviter de vous faire décevoir encore une fois (parce que c’est ce qui va certainement arrivé) et avoir mal au cœur (à moins que vous soyez un maso comme les ivoiriens se nomment eux-mêmes « supporters-maso ») et surtout, si vous voulez éviter que Togocel arnaque encore ces pauvres citoyens, en leur imposant après l’élimination de l’équipe de manière arbitraire (à la manière du pouvoir en place d’ailleurs) un prélèvement automatique, obligatoire et sans consentement sur leur communication sans jamais rendre compte de combien a été collecté et de ce qu’il est advenu de l’argent collecté, Monsieur faites comme moi : prier pour que les éperviers restent à la maison. Cela évitera bien de désagréments à tout le monde; vous aurez le cœur sauf et « notre figure ne sera pas jeté à terre » encore une fois devant le monde entier. Je passais…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *