Ligue 1 Classico – PSG OM : Marseille et Bielsa ont perdu leur glacière

Depuis le début de cette saison 2014-2015, Marcelo Bielsa le coach de nos ennemis du vieux port dispose comme siège d’une glacière. Sa position préférée pendant les matchs est d’être assis sur une glacière. Mais le dimanche 9 novembre 2014 au Parc des Princes, fief du PSG, deux buts intercalés d’un carton rouge ont fait disparaitre cette fameuse glacière. Tellement la glacière était devenue chaude. Les buts ont été l’œuvre de deux Sud-américains comme lui. Comme quoi, les traitres viennent souvent de nos propres maisons.

Zoom sur un match que mon ami bloggeur Guy Muyembé a dû aussi suivre avec attention. Lui et moi avions parié des billets (pas de banque, mais de Mondoblog) en cas de victoire de nos camps. Il est supporter de l’OM et moi du PSG donc nous sommes des ennemis. Et je lui dédie mon billet ainsi qu’à tous les supporters marseillais qui me liront. Dans mon billet consacré au match PSG-Barça du 1er octobre, j’avais prédit cette défaite à mes amis « Droit au but »*. On a bien vu qui a été droit au but de qui (lol).

articlePSGOM1

Marseille a fait ce qu’il a pu

La partie a débuté avec une énorme débauche d’énergie des Olympiens qui ont voulu montré d’entrée qu’ils ne sont pas leaders de la L1 pour rien. Mais ce n’était qu’un feu de paille vu qu’aucune des occasions n’a pu être concrétisée. Tour à tour Gignac, Payet, Thauvin et Alessandrini ont soit raté ou touché le cadre s’ils ne sont pas emmêlés les pinceaux en voulait faire trop de démonstration de maîtrise technique. Paris a répliqué avec une froide efficacité. Lucas a donc surpris Benjamin Mendy et Mandanda à la 38è minute. Ce cher Lucas Moura donnera des tournis à la défense marseillaise jusqu’au bout.

Commençèrent alors les allers et venues de Bielsa. Il délaissait de plus en plus son siège, je veux dire sa glacière. Sûrement qu’il s’échauffait pour mieux exulter quand son équipe aurait égalisé mais il peut attendre jusqu’au prochain classico prévu en 2015.
Un de ces jours on saura réellement ce qu’il garde dans cette glacière-là. Je préfère ne pas vous dire ce que je pense de son contenu.

Le tournant du match ?

Au retour des vestiaires, le jeu était équilibré quand un fait de match se produisit. Suite à un contact entre Imbula et Cabaye, l’arbitre du jour, Clément Turpin décida de donner un rouge direct au phocéen. Les mauvais perdants de Marseille disent que sans cela ils seraient revenus au score. Ce dont je doute car notre deuxième but était prévisible et même trop sûr.

Le retour de la star

Au PSG, il y a des stars mais la seule, l’unique, l’inégalable star demeure Mister Zlatan Ibrahimovic. Comme on dit à Abidjan, « il y a pas son deux ». Il nous a encore régalé de quelques gestes de son entrée à la 66è minute à la fin du match.

El matador, Edinson Cavani nous a offert un deuxième but de la tête. Celui-là heureusement qu’il s’appelle Edinson et non Edison car pour apporter de la lumière, il lui en faut du temps.

Il a marqué sur un centre de Aurier. Pour une fois, je peux tresser des lauriers à Aurier. Je le traitais de tous les noms à chaque match mais ce jour du classico il nous a gratifié de sa meilleure prestation depuis son arrivée au parc.

Ici c'est Paris (Photos : psg.fr - Montage : Mawulolo)

Ici c’est Paris (Photos : psg.fr – Montage : Mawulolo)

Que dire alors de David Luiz ?

C’est mon homme du match. Sûr dans ses prises de balle, solide physiquement. On voit qu’il a un niveau supérieur. Demandez à Gignac comment juste le vent déplacé par David Luiz durant l’une de ses courses a suffi à le faire tomber et à lui tordre le genou. Hé oui, ne se frotte pas à Paris qui veut.

Les mauvais perdants de Marseillais

La sagesse enseigne qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Mes « ennemis » d’amis marseillais ont tout dit avant ce match.
Maintenant que la défaite est claire et nette, ils me sortent des choses du genre :

  • Nous demeurons en tête du championnat malgré tout
    Je peux répondre : « ben ça on le savait avant le début du match que vous resteriez leader dans tous les cas ». De toute façon, ce n’est plus pour longtemps.
  • L’arbitre vous a aidé avec le carton rouge
    Je dirai : »heureusement pour nous, qu’il y avait au moins un but avant ce carton »
  • Nous avons produit le meilleur football
    Je ris en demandant depuis quand produire un meilleur football donne des points au détriment du fait de gagner son match ?

Chers camarades Marseillais, je vous prédis même que vous serez à la quatrième ou cinquième place la trêve hivernale. Et je vous assure que je suis de bonne foi.

Foi d’un Parisien heureux en ce jour…

* « Droit au but » : slogan de l’OM

À propos de l'auteur

Mawulolo

Travaillant dans le domaine des TICs (Ingénieur Informaticien) dans un organisme international africain, il me semble au fil des ans que je deviens accro à l'écriture et à la communication. Que ce soit sous forme d'articles ou de commentaires sur le web, de présentation radio ou de spectacle, je m'y sens de plus en plus comme un poisson dans l'eau. Je suis un africain né sur le continent noir et y vivant. J'aime traiter de politique, de société et aussi de sport. Au delà, la gestion de programme Jeunesse est mon dada. A ce titre, je suis le gestionnaire actuel des projets "Jeunesse" d'une communauté regroupant 35 associations, venant de 24 pays, réparties en Europe, en Afrique, en Amérique latine, dans l'Océan indien et dans le Pacifique

Archives par auteur

2 Commentaires

  1. Soyons beau joueur et félicitons les vainqueurs. Mon unique raison de me réjouir est que ce classico semble avoir ténu ses promesses. Pas tant du fait que les deux équipes ont produit un bon football mais du fait que la rencontre a fait couler beaucoup d’encre et de salive par après. Enfin chèr Mawulolo j’espère que ce moi qui écrirais le prochain billet en 2015 car j’ai une bonne raison de croire que mon équipe gagnera.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *