Égalité des sexes : l’engagement « il pour elle » (#HeForShe)

Après ses tours de magie dans Harry Potter (à Poudlard, l’école des sorciers) sous le nom de Hermione Granger, Emma Watson ressort sa baguette magique, je dirais plutôt ses paroles magiques, cette fois-ci, devant le Conseil des Nations unies.

Ce n’est plus pour transformer un homme en crapaud, mais plutôt pour faire de nous, les hommes, des supporteurs de l’émancipation féminine. Notre galanterie est encore soumise à rude épreuve sur ce coup-là.

 Je savais bien qu’après toutes ces années de lutte, de marches, de cris, de chants et même de hashtags, elles (les femmes) finiraient bien par revenir vers nous (les hommes). N’est-ce pas de nous qu’elles ont été tirées au jardin d’Éden ? *

Mon frère, mon père, mes amis, comment pouvons-nous les soutenir et faire du « Il pour elle » un succès ?

Pour nous les Africains surtout, je vous propose les points suivants sous forme de hashtags. A un problème soumis sous forme de hashtag, il faut des solutions sous la même forme.

  • #ScolariserLesFilles

Il y a encore beaucoup d’endroits sur cette terre où les filles n’arrivent pas à avoir une scolarisation décente. Et même quand on les y envoie, elles ont peu de temps pour étudier, car la cuisine les attend. Mieux encore, si un parent se juge à court de ressources, il arrive souvent qu’on préfère arrêter la scolarité de la sœur au profit du frère.

  • #StopExcision

L’excision que je ne veux pas décrire ici, fait partie des actes que je trouve très réducteurs pour les femmes ; même si on veut lui donner une couverture culturelle, il faut comprendre que cela n’a plus aucun sens et les femmes qui y sont soumises n’y gagnent rien. Elles y perdent plutôt.

  • #HalteMariagePrecoce

Une jeune fille de 12-13 ans qu’on donne en mariage… oui c’est possible et cela se fait jusqu’à nos jours. On peut même la donner à un vieux de plus de 50 ans. Le « nouchi », argot parlé à Abidjan, dira que ce sont des « freshnies » (toutes fraîches) qui aident à revitaliser les vieux. Sans donner trop de détails, je dirai tout simplement que cette pratique avilit la femme. En étant complices de cette pratique, nous serons aussi concernés par #BringBackOurGirls et nous serions tous des « Abubakar Shekau ».

  • #EgaliteDeTraitement

« A travail égal, salaire égal » sans discrimination de sexe et que les congés de maternité ne soient plus un critère de mauvaise évaluation pour les femmes qui travaillent. Bien souvent, leurs temps d’absence leur sont reprochés et leur font perdre même leur travail parfois.

  • #SosFemmesBattues

Le hashtag

Le hashtag

Certaines femmes sont abonnées aux coups du mari, mais préfèrent rester pour des raisons économiques ou sociales. Oui, il est de coutume sous certains cieux de dire « que la femme doit subir sans broncher » car le foyer c’est naturellement la souffrance et rien d’autre. Mes sœurs si vous êtes seules, c’est peut-être mieux que d’être mal accompagnées. Il vaut mieux écrire « Merci pour ce moment » que de subir certaines humiliations (rires).

Une humoriste disait cette année au « Marrakech du rire« **, qu’un homme qui bat sa femme écope d’une peine avec sursis alors que la violence faite à un animal équivaut à une peine ferme. Vous voyez le tableau ?

Voilà chères sœurs, épouses, mères, grands-mères, amies ce que nous (les hommes) pouvons faire pour vous (les femmes).

Chers amis, comme Emma Watson, posons-nous ces deux questions :

  • si ce n’est pas maintenant, ce sera quand ? (engagement immédiat)

  • Et si ce n’est pas moi, ce serait qui ? (engagement personnel)

Maintenant si la discrimination positive consisterait à toujours prendre une femme à la place d’un homme, à compétence égale, laissez-moi vous dire que #HeForShe (ilPourElle) va vite se transformer en #HeAgainstShe (ilContreElle).

Emma Watson a bien fait de préciser que la lutte pour l’égalité des sexes ne signifie pas « guerre contre les hommes ».

Chère Emma (je sais que tu ne me connais pas), nous sommes de tout cœur avec toi et toutes les femmes, mais avec vous nous avons aussi appris à rester aussi vigilants.

Vive les femmes.

* Jardin d’Éden : selon les récits bibliques, la femme a été créée à partir d’un os de la côte de l’homme
** Marrakech du rire : spectacle humoristique organisé par Jamel Debbouze

À propos de l'auteur

Mawulolo

Travaillant dans le domaine des TICs (Ingénieur Informaticien) dans un organisme international africain, il me semble au fil des ans que je deviens accro à l'écriture et à la communication. Que ce soit sous forme d'articles ou de commentaires sur le web, de présentation radio ou de spectacle, je m'y sens de plus en plus comme un poisson dans l'eau. Je suis un africain né sur le continent noir et y vivant. J'aime traiter de politique, de société et aussi de sport. Au delà, la gestion de programme Jeunesse est mon dada. A ce titre, je suis le gestionnaire actuel des projets "Jeunesse" d'une communauté regroupant 35 associations, venant de 24 pays, réparties en Europe, en Afrique, en Amérique latine, dans l'Océan indien et dans le Pacifique

Archives par auteur

7 Commentaires

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi. je pense que on devrait plus considérer la femme comme un être humain complémentaire à l’homme avec toutes les capacités nécessaire pour accomplir ce que l’homme peut aussi bien faire

    1. C’est complètement juste. Je crois en l’égalité de l’homme et de la femme. Mais il ne faut pas inverser les vapeurs. Il faut maintenir la balance en équilibre car on assiste de plus en plus au déséquilibre en faveur des femmes dans certains pays !

  2. Tu as dit beaucoup de bonnes choses pour nous les femmes, merci en tout cas. Mais je crains que ce theme déplacé pour ma part ne soit mal compris par mes soeurs et meres. Du coup sans être un oiseau de mauvaise augure, je suis tres pessimiste pour l’avenir.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *