Crédit: Governo do Estado de São Paulo, CC BY 2.0 , via Wikimedia Commons

Le "roi" Pelé, l'histoire magique de mon enfance

Pelé, la légende et “roi” du football a été inhumé le 3 janvier 2023, après son décès survenu le 29 décembre 2022.

Il a arrêté sa carrière avant que je ne naisse mais depuis mon enfance je savais qu’il a été un grand joueur. Pouvait-il en être autrement ? Certainement pas, car une histoire palpitante existait et a fait de Pelé presqu’un mythe dans nos esprits d’enfant.

J’ai été surpris de savoir que la même histoire a traversé toute l’Afrique avec juste quelques détails de différents selon les pays. Je suis sûr qu’au moins un des détails de ma version ne figure certainement pas dans la vôtre. Vous me direz.

C’est l’histoire d’un fameux match Inde – Brésil. Si vous ne la connaissez pas, lisez les lignes ci-dessous. Même si vous la connaissiez, je suis sûr que vous en découvrirez d’autres facettes avec moi.

Pelé avec de jeunes footballeurs au musée portant son nom
Pelé avec de jeunes footballeurs au musée portant son nom – Crédit : Governo do Estado de São PauloCC BY 2.0, via Wikimedia Commons

Un sacré match ou un match sacré, c’est selon. Même le score final qui lui est attribué varie selon les pays. Toutefois, la constante dans l’histoire de ce match épique reste l’action victorieuse de Pelé.

Avant de commencer, je répète que ma version de ce récit peut être différente de la vôtre.

Le match

Il semble donc qu’un jour le Brésil et l’Inde se sont affrontés et s’il vous plait en Coupe du monde de football. L’année n’est pas précisée.

Durant tout le match, le Brésil n’arrivait à marquer aucun but tandis que toutes les actions de l’Inde aboutissaient à un but. D’ailleurs, chaque tir indien faisait mouche.

A la mi-temps donc, l’Inde menait déjà par 50 buts à 0. Oui vous avez bien lu 50 buts. Et je ne saurai vous dire s’il y avait eu de longs arrêts de jeu pour la première période.

Ce score vous étonne certainement. Pourtant le Brésil a tout donné. Mais les indiens avaient beaucoup trop de forces…mystiques :

  • quand les tirs brésiliens étaient cadrés, les bras du gardien indien se multipliaient en devenaient 12 de chaque côté avec des longueurs différentes qui lui permettaient de bloquer le ballon (Vous connaissez le dieu hindou Shiva, non? )
  • les poteaux aussi pouvaient bouger vers la gauche ou la droite ou rétrécir pour que le ballon brésilien soit hors cadre ou touche les poteaux ou le montant des buts indiens
  • ou alors les attaquants brésiliens en l’occurrence Pelé pouvait voir apparaître devant eux un grand tigre du Bengale, une grande vache du Gange, un énorme lion, un féroce léopard des neiges ou un gros naja. Même le paon indien pouvait surgir avec son cri pour distraire les Cariocas et étaler ses plumes multicolores pour les éblouir.

Comment donc marquer un but dans ces conditions ?

Le défi indien

A la mi-temps, la FIFA se demandait s’il fallait continuer ce match.

Les Indiens demeuraient impassibles et sûrs d’eux en répondant : “c’est aux Brésiliens de voir”. Riant au nez des officiels auriverde, ils dirent que la Seleção n’arriverait pas à mettre un seul but.

Les dirigeants de la Fédération brésilienne s’en allèrent donc dire à leurs joueurs dans les vestiaires d’abandonner la partie pour stopper l’humiliation en cours.

Le jeune Pelé, silencieux et très concentré jusque là, refusa cet affront et promit qu’il marquera un but pour le Brésil.

Le président de la fédération indienne se mit à rire et dit “Si tu mets un seul but, on vous déclare vainqueur”.

Ce président ne savait dont pas qu’on disait sur le continent d’origine de Pelé, c’est à dire l’Afrique, que “quand un aveugle te menace de lapidation c’est qu’il a déjà posé son pied sur un caillou”.

Il allait l’apprendre à ses dépens.

Et alors Pelé a agi

Pelé en sélection brésilienne
Pelé en sélection brésilienne en 1970 – By Unknown author – El Gráfico, Public Domain,

Pour cette partie, vous avez deux choix : soit vous prenez la chaînette, soit la chaussure.
Je vous vois froncer les sourcils… N’ayez crainte car vous comprendrez bien vite.

La chaînette de Pelé…

La chaînette en or que Pelé avait autour du cou lui avait été offerte par sa grand-mère. Et, avant de mourir, cette dernière a dit à son petit-fils “Edson, le jour où tu seras dans une situation inextricable, mets cette chainette dans la bouche et fonce vers la solution que tu auras choisie. Tu en sortiras vainqueur.”. Pelé venait de s’en souvenir.

Le match reprit donc et les indiens ont encore marqué plein de buts. L’Inde menait 100 buts à 0.

Vers la fin du match Pelé décida d’utiliser sa dernière carte : la chainette de sa mammy. Il prit la chainette et la mit dans sa bouche. Il bondit, s’empara du ballon et se lança dans une course effrénée vers le camp indien. Avec la chainette dans la bouche, il devint plus rapide que Usain Bolt et sa qualité footballistique fit le reste.

Il dribbla tous les 10 joueurs indiens, depuis le camp brésilien… Oh que dis-je…ils dribbla lions, tigres, panthères, aigles, vaches, bœufs…et arriva devant Shiva. Je veux dire le gardien indien.

Là, les bras du portier se multiplièrent encore et les poteaux se mirent à danser. Pelé marque une pause, respira à fond, suça fortement sa chainette et cria “Vovó” (grand mère en portugais) avant d’envoyer un tir foudroyant dans le but indien. Le stade n’en croyait pas ses yeux. L’Inde venait d’encaisser son seul et unique but depuis qu’il a une équipe nationale de football.

Pendant que Pelé et ses coéquipiers jubilaient, la chainette, comme par magie se détacha du cou du buteur, tomba sur la pelouse avec des étincelles et disparut dans le gazon.

La chaussure…

Là, l’histoire dit que Pelé a obtenu au moins 10 penalties lors du match mais à chaque fois le gardien, les poteaux vivants et autres animaux lui faisaient rater ses tirs aux buts. Quand il en obtint encore un vers la fin du match, il enleva discrètement la chaussure de son pied gauche. Il prit son élan et juste au moment de frapper la balle, il lança sa chaussure vers un côté des buts. Le portier, les animaux et tous les protecteurs invisibles se précipitèrent sur la chaussure croyant que c’était le ballon et Pelé marqua alors de l’autre côté dans les poteaux qui s’étaient encore déplacés sans savoir que Pelé les attendait. D’aucuns disent que son pied gauche portait une chaussette blanche sous le bas réglementaire.

Et la victoire

Dans tous les cas, Pelé fit ainsi gagner le Brésil, à cause du pari proposé par les Indiens. Depuis ce jour, La FIFA décida de suspendre l’Inde de toutes les Coupes du monde de football à cause de sa force mystique redoutable.

Il nous a fallu grandir pour savoir qu’en réalité l’Inde jouait les éliminatoires de qualification sans succès. A l’époque, qui étions-nous pour oser critiquer nos aînés qui racontaient l’histoire de ce fameux match ? Il n’y avait même pas encore internet ou la foison de chaines de télévision qu’on a aujourd’hui.

Voilà donc l’histoire-souvenir d’enfance, de mon hommage à Edson Arantes Do Nascimento alias Pelé, le roi du football.

Si toi, on t’avait que l’Inde a plutôt marqué 105 ou 110 buts, ce n’est pas bien grave. Pour certains c’était 1.000 buts…

Ne voulant pas être accusé de propager des fakenews, je tiens à vous dire que cette histoire est factice. Elle était, toutefois, contée avec une telle ferveur qu’y croire était facile. Et tout ça à cause de la légende qu’est le “roi” Pelé.

Vive le Roi Pelé ! A jamais dans nos cœurs !

Étiquettes
Partagez

Auteur·e

Commentaires