Dire ou ne pas dire http://mawulolo.mondoblog.org Dire est un verbe d'action, ne pas dire est un verbe d'état... Fri, 26 Jul 2019 10:18:49 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.7.13 CAN 2019 : Sénégal-Bénin, le match qui a fait balancer des cœurs à Dakar http://mawulolo.mondoblog.org/2019/07/25/can-2019-senegal-benin-match-a-dakar/ http://mawulolo.mondoblog.org/2019/07/25/can-2019-senegal-benin-match-a-dakar/#comments Thu, 25 Jul 2019 16:06:45 +0000 http://mawulolo.mondoblog.org/?p=2429 Ça y est ! La CAN est finie avec une victoire finale des Fennecs de l’Algérie sur les Lions du Sénégal. Sur la route de cette finale, les Lions ont dû battre en quarts de finale les Ecureuils. Ce « Sénégal-Bénin » n’a [...]

Cet article CAN 2019 : Sénégal-Bénin, le match qui a fait balancer des cœurs à Dakar est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
Ça y est ! La CAN est finie avec une victoire finale des Fennecs de l’Algérie sur les Lions du Sénégal. Sur la route de cette finale, les Lions ont dû battre en quarts de finale les Ecureuils. Ce « Sénégal-Bénin » n’a pas été un match facile à suivre pour tout le monde. 

Deux posts Facebook traduisant le sentiment de Sénégalais d'origine béninoise - Montage : Roger Mawulolo

Deux posts Facebook traduisant le sentiment deux Sénégalo-béninoises pendant le match – Montage : Roger Mawulolo

Au Sénégal il n’y a pas que les Sall, Wade, Ndiaye, Mbengue, Ndong, Bassène ou Mané, il y aussi les Nanga, Féliho, Atchadé, Ahouanménou, Koïssi, Zounglas, Hodonou pour ne citer que ces noms-là. Ces derniers sont des Sénégalais d’origine béninoise. Des fois, ils ont la double nationalité en bonne et due forme.

Lorsque le match Sénégal-Bénin s’est confirmé pour les quarts de finale, ils disaient leur dilemme sur les réseaux sociaux, dans les quartiers et maisons.

Leurs quartiers de prédilection à Dakar sont les Sicap : Liberté, Karack, Amitié, Sacré Cœur voire Siprès et Ouakam. De plus en plus on les trouve aussi dans les nouveaux quartiers comme Keur Massar, Tivaouane Peuhl, Diamniadio, Zac Mbao et autres.

L’histoire…

Du temps de l’Afrique occidentale française (AOF), Saint-Louis puis Dakar en ont été les capitales. A ce titre, le Sénégal accueillait des fonctionnaires venus de tous les pays de l’AOF dont le Bénin. L’administration étant centralisée au Sénégal. Des enseignants, des douaniers bref des agents de l’administration publique venaient de divers pays. Qu’ils soient mariés à des Sénégalaises ou pas, beaucoup ont fait souche au Sénégal.

L’histoire se poursuit toujours de nos jours avec la jeune génération de Béninois vivant au Sénégal. Même certains étudiants béninois laissent des traces au Sénégal (si vous voyez ce que je veux dire 😀 ).

L’observation a montré que la prédilection des Béninois va souvent aux femmes de la Casamance (sud du Sénégal). A part elles, ils appréciaient bien aussi les femmes de l’ethnie sérère.

Dans cette communauté sénégalaise d’origine béninoise, nous avons des célébrités. Nous pouvons citer le rappeur Didier Awadi, créateur du groupe Positive Black Soul. Un autre est Joseph Koto, qui a dirigé des équipes de football et aussi les sélections nationales du Sénégal à divers niveaux. On peut compléter la liste avec Fabienne Féliho, Miss Sénégal en 1987 et Jean-Jacques Armand Nanga, un des directeurs généraux les plus célèbres des Douanes sénégalaises.

Le match Sénégal-Bénin
Capture du post Facebook de Valéry Samuel Hodonou, sur le match Sénégal-Bénin (avec son aimable autorisation)

Capture du post Facebook de Valéry Samuel Hodonou, sur le match Sénégal-Bénin (avec son aimable autorisation)

Bien avant le match beaucoup ont indiqué leur mal-être ou leur dilemme face à la confrontation prévue. Qui supporter ?  Un post Facebook d’un membre de cette communauté indiquait « Là, je suis mal barrée. Quart de finale Sénégal-Bénin ». Un autre disait « Bon lâchez nous un peu on va réfléchir…Notre sang est quand même béninois. Weu…d’ici lundi on décide ». Lundi, c’était deux jours avant le match. Cet internaute n’a pas finalement pu se décider car avant le match. Et il a remis « Une chose est sûre…au soir du mercredi nous Sénégalais venus du Bénin ou Béninois né au Sénégal, nous serons heureux et en demi-finale ». Le dilemme était grand et lourd.

Au début du match j’ai pu lire sur les réseaux sociaux (Facebook) ce post d’une internaute née au Sénégal d’un père Béninois et d’une mère Sénégalaise, qui a vécu au Sénégal et en a la nationalité : « J’ai chanté les deux hymnes nationaux avec les joueurs. Que le meilleur gagne ».

L’excitation était grande lorsque le ballon s’approchait d’un des buts. Beaucoup ne savaient, s’il fallait crier « Allez…marque…marque ! » ou bien « Allez …rate…rate !».

A la fin

La fin du match a été un soulagement pour eux tous car, l’on pouvait lire « Félicitations au Sénégal et au Bénin ». Le match a été empreint d’un fair-play avec des vannes bien senties entre les supporters des Lions et des Ecureuils.

(l’article continue après la vidéo)

La quasi-totalité des membres de la communauté a, par la suite, supporté le Sénégal en quarts, en demi-finale contre la Tunisie et en finale contre l’Algérie.

Pour finir, je vous livre le sentiment d’un membre de cette communauté avec qui j’ai pu discuter. Son nom : Valery Samuel Hodonou (un Sénégalais avec un vrai nom béninois).

Valery Samuel Hodonou (avec son aimable autorisation)

Valery Samuel Hodonou (avec son aimable autorisation)

« Je suis Valéry Samuel Hodonou né au Sénégal d’un père béninois et d’une mère sénégalaise. Donc on va dire Sénégalais d’origine béninoise. D’abord très content de savoir le Bénin à ce stade de la compétition ou personne ne l’attendait… Ayant vécu au Sénégal depuis ma tendre enfance mon cœur a évidemment balancé du côté des Lions de la Téranga avec une belle pensée pour cette brave équipe béninoise. Très inquiet a un moment donné du match car ayant compris que « ce Bénin » que l’on croyait très petit était capable de donner des sueurs froides à n’importe quelle équipe. Mais finalement heureux qu’à la fin du match, que deux grandes nations se faisaient face avec un total fair-play de part et d’autre. Vive le foot »

Cet article CAN 2019 : Sénégal-Bénin, le match qui a fait balancer des cœurs à Dakar est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
http://mawulolo.mondoblog.org/2019/07/25/can-2019-senegal-benin-match-a-dakar/feed/ 2
Egypte 2019, la CAN de premières fois – Partie 2 http://mawulolo.mondoblog.org/2019/07/12/egypte-2019-can-de-premieres-partie-2/ http://mawulolo.mondoblog.org/2019/07/12/egypte-2019-can-de-premieres-partie-2/#respond Fri, 12 Jul 2019 06:28:04 +0000 http://mawulolo.mondoblog.org/?p=2419 Egypte 2019 se poursuit avec de nouvelles « premières fois ». Après mon précédent billet sur les faits qui constituent une première pour l’histoire de la CAN, d’autres nouveaux sont apparus. Décidément cette 32è édition veut marquer l’histoire. L’Egypte a été sortie [...]

Cet article Egypte 2019, la CAN de premières fois – Partie 2 est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
Egypte 2019 se poursuit avec de nouvelles « premières fois ». Après mon précédent billet sur les faits qui constituent une première pour l’histoire de la CAN, d’autres nouveaux sont apparus. Décidément cette 32è édition veut marquer l’histoire.

L’Egypte a été sortie de la compétition en huitièmes de finale. Et ça au moins ce n’est pas la première fois qu’elle est éliminée avant la finale d’une CAN chez elle. En 1974, elle avait déjà terminé troisième à une CAN qu’elle accueillait. Par contre, elle avait remporté les éditions de 1959, 1986 et 2006 qu’elle avait accueillies.

Des règles du jeu à l’historique des rencontres ou victoires entre équipes participantes, des premières fois se révèlent encore.

La règle du 4è changement en cas de prolongation

A la Coupe du Monde 2018 en Russie, la FIFA a mis en application la règle autorisant les équipes à opérer un 4è changement si le match passe à la phase des prolongations. L’UEFA a suivi en appliquant la même règle lors de ses diverses compétitions de la saison 2018-2019.

La CAF a, pour sa part, adopté cette règle pour cette CAN 2019. Il s’agit donc de sa première application dans la compétition. Et c’est au stade des huitièmes de finale.

Qualification en quarts pour le Bénin et Madagascar

Les Ecureuils du Bénin et les Baréas de Madagascar ont créé la sensation dans cette CAN Egypte 2019.  Après leur première qualification pour un deuxième tour de la compétition, les deux équipes n’ont pas fait de cadeau aux Lions de l’Atlas et aux Léopards. Des herbivores (Ecureuils et Zébus) qui ont dévoré des carnivores, dirait-on. Ils ont été qualifiés pour la première fois de leur histoire en quarts de finale de la CAN.

Dans ce lot de surprises, celle de Madagascar est historique. Qu’une équipe faisant son baptême de feu en phase finale de CAN se qualifie pour le tour suivant. Seul le Cap-Vert, en 2013, avait fait autant.

Les premières ne se poursuivront malheureusement pas pour le Bénin et Madagascar. Elles ont été finalement éliminées en ces quarts de finale.

Les Baréas ont aligné 4 matches sans défaite

De 1982 à 2019, il y a 37 ans et 20 Coupes d’Afrique des Nations. Après 1982, Madagascar est le premier pays à ne pas avoir perdu ses 4 premiers matchs à la CAN. En 1982, la Libyen avait réussi l’exploit d’aligner 5 matchs sans défaites.

Ils auraient atteint ce vieux record libyen s’ils avaient pu battre la Tunisie lors des quarts de finale.

Premières victoires en confrontation directe à la CAN

Le Sénégal, en huitièmes de finale et en demi-finale, a rencontré pour la première fois l’Ouganda puis le Bénin. C’est la première fois que les Lions rencontraient ces deux nations en phase finale de CAN. Sadio Mané et sa bande ont donc obtenu les premières victoires du Sénégal sur ces deux pays en leur première confrontation en CAN.

Les Bafana Bafana quant à eux ont réussi l’exploit de défaire Mohamed Salah et ses coéquipiers sur leurs terres. Pourtant, les deux précédentes rencontres entre ces nations s’étaient soldées par des victoires des Pharaons. Le 24 janvier 1996 à Johannesburg, sur ses terres, l’Afrique du Sud avait été battue par 1 but à 0, et le 28 février 1998 à Ouagadougou, elle avait perdu 2 à 0 face à l’Egypte. Il s’agit dont en cette édition de la première victoire du pays de Mandela sur celui des Pharaons.

La qualification du Bénin pour les quarts de finale a deux aspects de « première fois ». Hormis la qualification elle-même, c’est la première fois que le Bénin bat le Maroc en phase finale. Leur seule et première rencontre précédente à ce niveau s’était tenue à Sfax au Maroc le 31 janvier 2004. Les Lions de l’Atlas avaient pris le dessus avec 4 buts à 0.

Le limon du Nil semble être d’une fertilité sans borne pour la culture des « premières fois » dans la Coupe d’Afrique des Nations.

Par Roger Mawulolo (facebook) (twitter)

 

Cet article Egypte 2019, la CAN de premières fois – Partie 2 est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
http://mawulolo.mondoblog.org/2019/07/12/egypte-2019-can-de-premieres-partie-2/feed/ 0
Égypte 2019 : la CAN des premières fois http://mawulolo.mondoblog.org/2019/07/04/egypte-2019-la-can-des-premieres-fois/ http://mawulolo.mondoblog.org/2019/07/04/egypte-2019-la-can-des-premieres-fois/#comments Thu, 04 Jul 2019 13:58:14 +0000 http://mawulolo.mondoblog.org/?p=2403 Sous l'ombre des pyramides et sous le regards momies des pharaons, l'Égypte semble être la terre des premières fois, pour cette Coupe d'Afrique des nations.

Cet article Égypte 2019 : la CAN des premières fois est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
Cette 32e édition de la Coupe d’Afrique des nations est particulière. Beaucoup de faits s’y produisent pour la première fois. Du format aux équipes en passant par l’instance organisatrice, en Égypte la CAN est pleine d’inédits et de rebondissements. Inventaire.  

Équipe malgache – crédit : fédération malagasy de football

L’Égypte n’est pas un terrain nouveau pour la Coupe d’Afrique des nations. Mais le pays n’en est pas moins le terrain de quelques premières expérimentations, voire de quelques exploits qui ont d’ors et déjà marqué l’histoire de cette compétition continentale.

Cette édition de la CAN est pleine de premières fois. Ne ratons pas l’occasion de les signaler.

Format, période et arbitrage vidéo

Cette CAN est avant tout la première édition à 24 équipes. Ce qui a permis aux quatre meilleurs troisièmes de chaque groupe de se qualifier. On doit ce changement de format au nouveau président de la Confédération africaine de football. Après la longue ère Hayatou, la CAF a amorcé un nouveau virage avec le Malgache Ahmad Ahmad, qui en est donc à sa première CAN en tant que président de l’instance footballistique africaine.

A part le format, il y a aussi la période de déroulement qui change cette année. La CAN se déroulait habituellement durant le mois de janvier. Ce qui créait souvent des tensions entre les joueurs professionnels africains évoluant en Europe et leur club. La CAN 2019 se déroule du 21 juin au 19 juillet. Cette période estivale arrange finalement tout le monde. Même si certains évoquent la chaleur ou encore la saison pluvieuse dans certains pays comme un handicap.

L’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) aussi fera son apparition dans la compétition à partir de la phase des quarts de finale. Au vu de l’expérience malheureuse de la finale de la Ligue des Champions africaine, cela fait émerger beaucoup de scepticisme. Mais il fallait bien y aller. Ne dit-on pas en Afrique que c’est en forgeant que l’on devient forgeron ?

Les premières participations

Avec une Coupe d’Afrique des nations à 24 équipes, de nouvelles équipes ont réussi à passer la phase de qualification. Trois pays en sont à leur première participation à la phase finale de la CAN cette année. Le Burundi, Madagascar et la Mauritanie ont fait leur entrée dans la cour des grands du continent. Menés par leurs coaches respectifs Olivier Niyungeko, Nicolas Dupuis et Corentin Martins, les Intamba mu Rugamba ou Hirondelles, les Baréa et les Mourabitounes ont démontré des valeurs certaines qui leur ont permis de se qualifier haut la main pour cette compétition « Egypte 2019 ».

Les premières qualifications au second tour

Certaines équipes, elles, s’étaient déjà qualifiées mais n’avaient jamais passé le premier tour de la compétition. S’il a fallu que les Écureuils attendent leur 4e participation pour accéder pour la première fois cette année au second tour de la compétition, il en a fallu 7 aux Cranes de l’Ouganda.

Mais le plus spectaculaire est l’exploit des Barea, les zébus, de la grande île. Pour leur première participation à cette compétition majeure, Madagascar a réussi à se hisser au second tour. Ils ont même fini premiers de leur poule, devant le Nigeria qu’ils ont battu sans trembler.

Ces trois pays disputent donc leur premier match d’un second tour de la CAN. Et parmi les trois, il n’y a que le Bénin qui s’est qualifié en étant l’un des meilleurs troisièmes.

Une autre première fois, on l’espère, est à attendre du côté du Sénégal. Assurément, une bonne prestation des Lions du Sénégal leur permettra de gagner leur première Coupe d’Afrique. Sans oublier que cela pourrait bien propulser Sadio Mané au rang de Ballon d’or africain, pour une première fois. Ce qui ferait une belle brochette de premières fois pour cette CAN 2019 !

A croire que les pyramides sont un environnement propice aux premières fois.

Par Roger Mawulolo (facebook) (twitter)

Cet article Égypte 2019 : la CAN des premières fois est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
http://mawulolo.mondoblog.org/2019/07/04/egypte-2019-la-can-des-premieres-fois/feed/ 2
CAN 2019 : une surprise nommée Bénin http://mawulolo.mondoblog.org/2019/06/27/can-egypte-2019-surprise-nommee-benin/ http://mawulolo.mondoblog.org/2019/06/27/can-egypte-2019-surprise-nommee-benin/#comments Thu, 27 Jun 2019 09:07:01 +0000 http://mawulolo.mondoblog.org/?p=2373 Le Bénin est plus réputé pour sa culture vaudou et ses zémidjans (moto-taxi) que pour son football. Mais, de plus en plus, le pays de Béhanzin est en train de changer la donne. Le premier match des Écureuils, lors de la 32e édition de la Coupe d’Afrique des nations, en a encore fourni la preuve.
Un exploit historique est-il en marche ?

Cet article CAN 2019 : une surprise nommée Bénin est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
Le Bénin est plus réputé pour sa culture vaudou et ses zémidjans* que pour son football. Mais, de plus en plus, le pays de Béhanzin est en train de changer la donne. Le premier match des Écureuils, lors de la 32e édition de la Coupe d’Afrique des nations, en a encore fourni la preuve.
Un exploit historique est-il en marche ?

Mickaël Poté - Photo : Pierre René-Worms/RFI

Mickaël Poté (maillot blanc) face au Ghana – Photo : Pierre René-Worms/RFI

Sur la partie du Golfe de Guinée allant du Nigeria à la Côte d’Ivoire, le Bénin est vu comme le petit poucet en matière de football. Les autres pays de cette bande, à savoir le Nigeria, le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Togo, ont tous participé à davantage de Coupes d’Afrique des nations. Ils ont tous déjà accédé au deuxième tour de cette compétition. Et ils ont chacun joué au moins une Coupe du monde ! Ce que le Bénin n’a encore jamais fait…

Longtemps considéré un cran en dessous en termes de football, le Bénin commence pourtant à faire parler de lui, petit à petit, brisant le mythe. Pour son premier match de l’actuelle CAN, qui se déroule en Egypte, il a tenu en échec un des cadors d’Afrique de l’Ouest : le Ghana. Match nul, deux buts à deux. Le Bénin, qui n’a jamais passé le premier tour de la CAN, a tenu tête aux Black Stars, quadruple vainqueurs de la compétition.

C’est aussi à cause du Bénin que le Togo, son voisin de l’Ouest, ne participe pas à la CAN 2019. Lors du dernier match des éliminatoires, les Écureuils ont battu les Éperviers dans leur antre de Kouhounou. Quelques mois plus tôt, ils avaient déjà contraint les Togolais au match nul à Lomé.

De plus en plus, les Écureuils gagnent le respect des autres pays, qui avaient tendance à les prendre de haut lorsqu’il s’agit de football.

L’histoire du Bénin avec la CAN

Pourtant le pays revient de loin. Le Bénin en est à sa quatrième Coupe d’Afrique des nations. A ce jour, il n’a remporté aucun match dans la compétition. Au total sur 9 matchs disputés, avant l’édition égyptienne, le Bénin a totalisé 8 défaites pour 1 match nul. Contre le Ghana, les Écureuils ont donc engrangé leur deuxième match nul sur 10 matchs de CAN.

La première participation du Bénin à une CAN remonte à 2004. La bande de Moussa Latoundji n’avait marqué qu’un seul but et cumulé trois défaites. Résultats identiques en 2008. En 2010, le Bénin réussit à obtenir son premier match nul face au Mozambique ! Mais il perd les deux autres matchs. Lors de ces trois éditions, le Bénin a toujours croisé son voisin de l’Est, le Nigeria. Et il a toujours perdu.

Les espoirs béninois pour cette CAN 2019

Mais la victoire sur l’équipe togolaise menée Emmanuel Adébayor, synonyme de qualification pour la CAN 2019, a ouvert la voie à beaucoup d’espoirs. Surtout que les Écureuils avaient déjà battu en novembre 2018 les Fennecs de l’Algérie, à Cotonou.

Espoirs qui ont grandi lors du match à Ismaïlia. Les Black Stars des frères Ayew ont souffert face au Bénin. Il s’en est même fallu de peu pour que, dans les dernières minutes du match, l’attaquant Steve Mounié ne marque le troisième but et n’arrache la victoire !

Le buteur béninois Mickael Poté est actuellement en tête des buteurs, avec deux buts à son actif. Et le gouvernement béninois n’a pas lésiné sur les moyens pour mettre l’équipe dans les meilleures conditions depuis les éliminatoires. En avril dernier, le ministre béninois des sports, Oswald Homeky, a indiqué que l’équipe bénéficiait d’un cadre professionnel. Dans un entretien à Jeune Afrique, il déclarait : « Les histoires de primes sont réglées à l’avance. Les questions liées aux déplacements, aux hébergements et aux équipements également. Les rapports avec les joueurs sont déformais fluides. Nous ne voulons plus des problèmes du passé. » Tous les voyants semblent au vert pour que le Bénin réalise un exploit.

Même une éventuelle troisième place du groupe F leur permettrait de se qualifier. Avec la CAN à 24 équipes, les quatre meilleurs troisièmes de chaque groupe accèdent au deuxième tour.

Le prochain match sera contre les Djurtus de la Guinée Bissau. Une équipe largement à la portée des Écureuils, qui auront récupéré entre temps leur maître à jouer : l’emblématique capitaine Stéphane Sésségnon.

Espérons que la proximité de cet exploit ne paralyse pas la bande de Michel Dussuyer, le coach français des Écureuils. Si le Bénin passe le premier tour, nous aurons certainement des concerts de klaxons des Peugeot 405 et 505 et des zémidjans du marché de Dantokpa, de Cotonou à Natitingou. Ainsi plus personne n’osera dire que le Bénin est le petit poucet du football africain.

* zémidjans : appellation des moto-taxi au Bénin

Par Roger Mawulolo (facebook) (twitter)

Cet article CAN 2019 : une surprise nommée Bénin est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
http://mawulolo.mondoblog.org/2019/06/27/can-egypte-2019-surprise-nommee-benin/feed/ 6
Toofan, le football et la Coupe d’Afrique des Nations http://mawulolo.mondoblog.org/2019/06/24/toofan-football-coupe-dafrique-nations/ http://mawulolo.mondoblog.org/2019/06/24/toofan-football-coupe-dafrique-nations/#comments Mon, 24 Jun 2019 11:01:21 +0000 http://mawulolo.mondoblog.org/?p=2355 Le football et la musique ont toujours eu un lien fort. Ainsi les grandes compétitions ont des hymnes ou des chansons dédiées. La 32e édition de la CAN, qui se tient en Egypte du 21 juin au 19 juillet 2019, ne déroge pas à la règle. Elle a un hymne composé et chanté par le groupe togolais Toofan.

Cet article Toofan, le football et la Coupe d’Afrique des Nations est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
Le football et la musique ont toujours eu un lien fort. Ainsi les grandes compétitions ont des hymnes ou des chansons dédiées. La 32e édition de la CAN, qui se tient en Egypte du 21 juin au 19 juillet 2019, ne déroge pas à la règle. Elle a un hymne composé et chanté par le groupe togolais Toofan. Une chanson qui va surtout rythmer les émissions de la chaîne Canal +, qui a commandé cette chanson.

Beaucoup ne savent pas que c’est une chanson liée à une CAN qui avait révélé les Toofan au grand jour. C’était en 2006 à partir du Togo avec les chansons « 2006 » et « Epervier Ogbragada ». La première chanson citée était en l’honneur des Eperviers du Togo qualifiés pour la CAN 2006, tenez-vous bien, en Egypte ! Comme l’actuelle édition.

Petit résumé de l’histoire du groupe Toofan

Plusieurs fois primé pour ses compositions, Toofan est un groupe qui a toujours démontré de l’amour pour le football. Depuis leur création en 2005, au moins cinq de leurs chansons sont liées au ballon rond.

Le groupe était à sa création composé de trois artistes : All-one, Barabas et Master Just. Il s’est par la suite réduit à deux. Pour reprendre des titres du groupe, ce ne serait pas un « affairage » de ma part que de vous dire qu’on peut considérer que All-one a fait « gweta » à Barabas et Master Just en choisissant « la vie bas ». (« Gweta » est une chanson de Toofan qui veut dire « esquiver ou fuir » tandis que « affairage », un de leurs titres aussi, veut dire « commérage » et « la vie là-bas » parle de l’immigration vers l’Europe.)

Aujourd’hui le groupe chante sur de grandes scènes avec des artistes de renom partout dans le monde. Il a signé avec la major Universal. Un aboutissement certain.

 « Panenka » pour la CAN 2019

Pour la 32e édition de la Coupe d’Afrique des Nations, Master Just et Barabas ont composé « Panenka ». Un hymne dédié à tous les amoureux du ballon rond. Le titre fait référence à ce joueur tchèque, Antonin Panenka, qui a inventé ce geste de classe et de grâce, renommé la « panenka » en son honneur. Elle sert à tirer des penalties.

Comme tous les joueurs, doués techniquement, qui arrivent à réussir ce geste, Toofan a démontré une fois de plus son talent.

La chanson débute par une évocation de divers systèmes de jeu utilisés en football à savoir le 4-4-2 et 4-3-3. Elle enchaîne ensuite sur l’esprit de famille et l’unité africaine que la compétition doit servir à renforcer. Et elle finit par inviter tout le monde à rester « en mode CAN ».

La chaîne Canal+ dans son émission « Talents d’Afrique » avait reçu les Toofan pour parler de « Panenka », si vous voulez en savoir plus. Et regardez bien le clip pour apprendre la danse.


 

« Africa Hoyéé » en 2012 et « Ola Ola » en 2015

Deux autres éditions de la CAN avaient déjà eu des clips dédiés par le même groupe. En 2012, lors de la CAN Gabon- Guinée équatoriale, c’était “Africa Hoyéé” dont le clip a été tourné à Lomé.

Dans Africa Hoyéé, le groupe évoque la joie et l’espoir que procure la passion du foot. Ce qui éloigne de l’image de guerre et de famine que l’on voit souvent de l’Afrique. La chanson finit sur une note qui dit “le football unit les peuples”.

Pour “Ola Ola”, la chanson a été faite avec d’autres artistes africains notamment Cano, Molare, Manni Bella, Eddy Kenzo, Singuila, Arielle T et Wizboyy. Elle insiste, elle, sur la passion des Africains pour le foot, le beau jeu et le comportement exemplaire à avoir sur le terrain… sans oublier les exultations du public !

Toutes ces chansons portent le sceau reconnaissable de ce groupe qui fait la fierté des Togolais. Une musique rythmée avec des paroles en anglais, français et en Mina, la langue véhiculaire parlée généralement à Lomé, la capitale togolaise. Le style argotique qu’ils utilisent n’est vraiment compréhensible que de certains initiés de Lomé !

Alors même si le Togo ne joue pas la CAN cette année, on peut sans crainte dire que le pays sera quand même présent par le biais de Toofan mais aussi de Claude Leroy, le sélectionneur des Eperviers qui sera sur les plateaux de Canal+ Afrique comme expert.

Bonne CAN 2019 à tous ! Dans une bonne ambiance musicale.

Par Roger Mawulolo (facebook) (twitter)

Cet article Toofan, le football et la Coupe d’Afrique des Nations est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
http://mawulolo.mondoblog.org/2019/06/24/toofan-football-coupe-dafrique-nations/feed/ 11
CAN 2019 : Dakar se prépare et sera prête http://mawulolo.mondoblog.org/2019/06/18/can-2019-dakar-se-prepare/ http://mawulolo.mondoblog.org/2019/06/18/can-2019-dakar-se-prepare/#comments Tue, 18 Jun 2019 10:48:09 +0000 http://mawulolo.mondoblog.org/?p=2343 La Coupe d’Afrique des Nations de football se déroulera du 21 juin au 19 juillet en Egypte, au pays des pharaons. Le Sénégal y sera. Et tout le pays s'y prépare. L’amour et la passion du peuple sénégalais pour le ballon rond et les Lions, l’équipe nationale, vont de nouveau se montrer.

Cet article CAN 2019 : Dakar se prépare et sera prête est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
La Coupe d’Afrique des Nations de football se déroulera du 21 juin au 19 juillet en Egypte, au pays des pharaons. Le Sénégal y sera. Et tout le pays s’y prépare.
L’amour et la passion du peuple sénégalais pour le ballon rond et les Lions, l’équipe nationale, vont de nouveau se montrer.
Ce billet est publié dans le cadre de la #MondoCAN 2019 initiée par l’équipe de Mondoblog.

Un jeune supporter à l'intérieur du Sénégal -Photo :Ndianko Ndao (avec son autorisation)

Un jeune supporter à l’intérieur du Sénégal -Photo : Ndianko Ndao (avec son autorisation)

Le Sénégal a toujours été un pays de football et les attentes de la population sont devenues énormes depuis l’épopée des Lions à la Coupe du Monde 2002. Dans cette compétition où ils sont arrivés au stade des quarts de finale, ils avaient démontré toutes les capacités du Sénégal.

Aujourd’hui, à chaque compétition continentale ou mondiale de football, le peuple sénégalais rêve de voir les Lions revenir avec la coupe.

Cette année sera-t-elle la bonne ? Je ne saurais le dire mais je le souhaite vivement. Ce qui est sûr, c’est que tout le pays et toutes ses villes avec en tête la capitale, Dakar, se préparent à suivre avec ferveur la Coupe des Nations 2019.

Le Président Macky a remis le drapeau national aux Lions

La cérémonie de remise du drapeau national aux Lions du Sénégal a marqué les esprits. Elle s’est déroulée le vendredi 7 juin 2019. Au-delà de son aspect solennel, elle a été empreinte d’émotions lorsqu’un soldat ayant perdu ses deux membres supérieurs lors d’une mission a été présenté. Un exemple fort de l’engagement qui est demandé aux joueurs et au staff de l’équipe nationale. Le « blessé de guerre » a pris la parole pour dire aux Lions « ca-kanam » (« Allez de l’avant » en wolof, langue locale du Sénégal).

Les mots utilisés par le président Macky Sall étaient bien choisis pour motiver la troupe. Il a aussi rappelé aux joueurs toute la considération et le respect à vouer à l’aboyeur. Je veux dire le coach Aliou Cissé dont c’était le surnom lorsqu’il était joueur et capitaine des Lions du Sénégal.

Rappelant la devise du pays «Un peuple – un but – une foi », Macky Sall a demandé à la sélection nationale de jouer pour le peuple dans le seul but de ramener la coupe. Si l’on dit que la foi permet de soulever des montagnes, c’est qu’avec elle on peut aussi soulever une coupe, a dit en somme le Président. Il a par ailleurs demandé aux jouer de laisser le titre de «Lions de la Téranga» (Lions de l’hospitalité) au Sénégal et d’être, en Egypte, comme des lions dans une jungle où il faut régner. Son mot de fin a été « Dem ba diekh » (« allez jusqu’au bout », en wolof).

Le village de la CAN 2019 est prêt, la RTS aussi

A la place de la Nation (Place de l’Obélisque) à Dakar, les derniers travaux sont en cours pour la transformer en ce qui sera appelé le village de la CAN. Là, les populations pourront suivre tous les matchs de la compétition et surtout ceux du Sénégal.

La RTS (Radio Télévision Sénégalaise), la chaîne nationale, y fera ses plateaux spéciaux de couverture avec des invités bien choisis. Ce sera également une fan zone.

Le village de la CAN est une nouvelle version de ce qui a été le village du Mondial. Plusieurs sponsors en profitent pour accompagner la fête du football. Cette place se retrouve prise d’assaut pour les célébrations des victoires du Sénégal.

Installation du village de la CAN à la Place de la Nation - Photo : Roger Mawulolo

Installation du village de la CAN à la Place de la Nation – Photo : Roger Mawulolo

Les supporters sont prêts, les commerçants aussi

Le douzième Gaïndé (mot wolof signifiant lion), le groupe national de supporters qui accompagnera les Lions en Egypte, est aussi prêt. La délégation sera, dans les prochains jours, en Egypte. A part ceux qui voyagent, certains seront ici à Dakar pour animer les rues surtout quand le Sénégal joue.

La population sera aussi de la partie, dans les domiciles, les boutiques, les restaurants ou dans les bars. Tous les lieux où un poste téléviseur ou même une radio seront allumés seront pris d’assaut.

Les commerçants lancent déjà des publicités liées à la CAN. Les promotions sur les divers produits électroménagers sans oublier les crédits de communication téléphonique sont déjà publiées. Les vendeurs de maillots de l’équipe nationale ainsi que de tee-shirts à l’effigie des Lions du Sénégal voient déjà leurs chiffres d’affaires augmenter.

Comme le dit celui chez qui j’ai acheté mon maillot, les Chinois seront de la partie. Pour dire que les faux maillots seront bientôt sur le marché. Et il n’a pas eu tort.

Tout le monde espère ne pas revivre la désillusion du Mondial 2018.

Moi-même je suis prêt pour la CAN

De mon côté, je me prépare à suivre tous les matchs tant que cela sera possible. Mais je ne compte pas rater un seul match du Sénégal. Je supporte les Lions.

Je suis avec intérêt les matchs des autres équipes comme les Super Eagles du Nigeria, les Eléphants de la Côte d’Ivoire et les Bafana Bafana de l’Afrique du Sud. J’accorderais une attention particulière aux matchs des Lions indomptables du Cameroun. Mes ami(e)s du Cameroun vous diront certainement pourquoi je veux les suivre. Par ailleurs, il faut préciser que l’organisation de l’actuelle CAN leur a été retirée à quelques mois de son début. Le pays n’était pas prêt.

Je me ferai également un plaisir de produire quelques billets pour MondoCAN 2019, une initiative de l’équipe de Mondoblog. Les mondoblogueurs pourront proposer divers articles liés directement ou indirectement à la compétition. Le présent billet est le premier de la série.

Je vous souhaite une bonne CAN et surtout beaucoup de sensations fortes.

Par Roger Mawulolo (facebook) (twitter)

 

 

Cet article CAN 2019 : Dakar se prépare et sera prête est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
http://mawulolo.mondoblog.org/2019/06/18/can-2019-dakar-se-prepare/feed/ 7
Notre génération est la meilleure http://mawulolo.mondoblog.org/2019/05/29/notre-generation-est-la-meilleure/ http://mawulolo.mondoblog.org/2019/05/29/notre-generation-est-la-meilleure/#comments Wed, 29 May 2019 10:07:40 +0000 http://mawulolo.mondoblog.org/?p=2328 « Notre génération est la meilleure » est souvent la conclusion de beaucoup de personnes lorsque vous discutez de certains sujets. Et surtout des sujets où l'on compare des pratiques, des mérites ou des points de vue évoluant dans le temps. En réalité, qui peut dire ne jamais l'avoir dit ?

Cet article Notre génération est la meilleure est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
« Notre génération est la meilleure » est souvent la conclusion de beaucoup de personnes lorsque vous discutez de certains sujets. Et surtout des sujets où l’on compare des pratiques, des mérites ou des points de vue évoluant dans le temps. En réalité, qui peut dire ne jamais l’avoir dit ?

Génération - Crédit image : Rawpixel sur Pixabay

Génération – Crédit image : Rawpixel sur Pixabay

Au mois de février de cette année dans la cafétéria de Radio France Internationale, l’expression est encore ressortie lorsque nous discutions entre mondoblogueurs et membres de l’équipe de « l’Atelier de médias ». Cela m’a rappelé toutes les fois que je l’ai entendue.

Cette expression dépasse même les limites qu’on se donne en parlant de « génération Y », de « génération Z ».

Au-delà de la définition classique qui veut qu’une génération soit des personnes étant à peu près du même âge ou une période s’étendant de 25 à 30 ans, elle est aussi synonyme de saison ou de promotion. Ces deux derniers mots pris dans le sens d’un groupe de personnes ayant fait une formation ensemble ou ayant été recruté au même moment. Il en est de même pour ceux ou celles qui ont fait des initiations traditionnelles ou religieuses ensemble.

Entre Mondoblogueurs

Ce jour-là, nous étions à la cafeteria de la radio du monde. Nous, il s’agit des mondoblogueurs Benjamin Yobouet,  Inda Etou, Sinatou Saka, George Atino, Kpénahi Traoré et moi-même. L’équipe de l’Atelier des médias était aussi présente avec Camille Deloche, Camille Sarazin et Simon Decreuze.

Les discussions ont tourné autour des blogs, des billets, de nos inspirations pour les écrire et bien d’autres sujets d’actualité. Par la suite, nous avons fait un peu le tour pour mieux faire connaissance et dire de quelle saison (génération) de Mondoblog chacun était. Surtout pour ceux et celles qui ne se connaissaient pas ou qui ne s’étaient jamais rencontrés. Lorsque nous avons abordé le sujet des formations en citant les villes où chacun avait suivi la sienne, certains noms réputés de la plateforme Mondoblog furent cités. Et à une des personnes présentes, que je ne citerai pas, de dire « Cette génération-là était la meilleure, et c’était la nôtre ». Cela me fit sourire intérieurement.

Même chez les « tchiza »

A maintes reprises, j’ai pu entendre des « tchiza » âgées s’en prendre à des plus jeunes. Le terme désigne les maîtresses d’hommes mariés. Elles soutiennent qu’en leur temps, elles avaient plus de tact et de discrétion quand elles sortaient avec des maris d’autrui. Mais que la génération actuelle s’affiche sur les réseaux sociaux même avec des hommes déjà mariés.

Il y a des années à Nyékonakpoè mon quartier d’origine à Lomé, je mangeais du poulet en bord de route. Deux dames de la quarantaine discutaient. Elles ont dit en somme : « A notre époque, nous le VIH n’existait pas et il fallait juste éviter de tomber enceinte. Du coup, nous prenions le vrai plaisir –chair contre chair- car avec les préservatifs, le goût de la chose change. Avec le condom, on dirait qu’on consomme des friandises mais avec leur emballage. » Et elles ont conclu : « Vraiment notre génération est la meilleure car elle prenait beaucoup plus de plaisir et en toute sécurité et discrétion. » Cela se passe de tout commentaire.

Quand il s’agit de football ou de musique

Du Sénégal au Togo en passant par le Cameroun, pour ne citer que ces pays-là, ces débats sont parfois houleux. Les anciens disent que Roger Milla est plus fort que Eto’o Fils, que Kaolo est mieux que Adébayor ou encore que Jules Bocandé est plus talentueux que Sadio Mané.

Pour le cas du Togo que je connais bien, j’ai déjà eu à répondre qu’Adébayor a conduit le Togo au Mondial 2006 et a eu un Ballon d‘or africain en 2008. Ce que n’a pas fait feu Edmond Apeti dit « Dr Kaolo ». Il a certes amené le Togo à sa première Coupe d’Afrique en 1972 mais Shéyi en a fait au moins quatre avec les Eperviers. On dit beaucoup de bien du Dr Kaolo dans mon pays et je n’en doute pas. Mais avouons que c’est difficile de comparer et surtout que les faits parlent pour Adébayor en termes de palmarès. Le débat reste le même lorsque l’on compare les Camerounais Roger Milla et Etoo ou les Sénégalais Jules Bocandé, El Hadji Diouf et Sadio Mané.

Pour la musique, l’on vous dira qu’avant c’était de la vraie et pure musique. Et que de nos jours, ce sont des logiciels qui gèrent tout. Des instruments jusqu’à la voix, l’on peut tout manipuler et masquer. Bref on peut facilement tromper le public ou les spectateurs même quand on n’a pas une belle voix. On peut programmer les instruments et faire semblant de jouer. Avant, il fallait vraiment connaître cet art avant de monter sur scène.

Pour tout ça, les anciens disent « Notre génération est la meilleure » et les jeunes aussi se disent la même chose.

Sur les lieux de travail

Là, les aînés pensent que les plus jeunes ne respectent plus les traditions ou les codes. Les aînés voudraient bien que les jeunes puissent lire entre les lignes et entendre ce que les murs racontent sur le passé.

Pendant que les aînés louent leur esprit de sacrifice, les jeunes calculent les heures supplémentaires accomplies et en veulent la rémunération. Au moment où les plus âgés prêchent pour le respect total de la hiérarchie, les plus jeunes demandent à leurs supérieurs s’ils peuvent les tutoyer ou les appeler par leur prénom.

Face à tout cela, les aînés disent « Oh ces jeunes ne respectent plus rien, ni personne. Notre génération est la meilleure ».

On pourrait multiplier les exemples en prenant la religion, le mariage ou plein d’autres sujets. Pour ma part, je me dis, qu’il faut juste s’abstenir de comparer sauf si c’est pour identifier des points faibles à améliorer par exemple. Ou encore des points forts à partager ou à reproduire. Mais surtout pas une comparaison nette et tranchée qui donne la fameuse conclusion « Notre génération est la meilleure ».

Et vous, pensez-vous que votre génération est la meilleure ?

En tout cas, que celui qui n’a jamais dit « Notre génération est la meilleure » jette la pierre aux autres.

Par Roger Mawulolo (facebook) (twitter)

Cet article Notre génération est la meilleure est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
http://mawulolo.mondoblog.org/2019/05/29/notre-generation-est-la-meilleure/feed/ 8
Sénégal : la publicité change avec le Ramadan http://mawulolo.mondoblog.org/2019/05/15/senegal-publicite-change-ramadan/ http://mawulolo.mondoblog.org/2019/05/15/senegal-publicite-change-ramadan/#comments Wed, 15 May 2019 09:54:44 +0000 http://mawulolo.mondoblog.org/?p=2320 Le Ramadan au Sénégal est une période où les publicités et la communication des diverses entreprises commerciales envers leurs cibles prennent un autre style.

Cet article Sénégal : la publicité change avec le Ramadan est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
Le Ramadan au Sénégal est une période où les publicités et la communication des diverses entreprises commerciales envers leurs cibles prennent un autre style.

Composition d'éléments de publicité pour le Ramadan - Réalisée par Roger Mawulolo sur la base d'une image libre de freepick.com

Composition d’éléments de publicité pour le Ramadan – Réalisée par Roger Mawulolo sur la base d’une image libre de freepick.com

Au Sénégal, c’est juste la date de début du Ramadan qui est difficile à trouver. Après cette étape qui peut permettre d’avoir deux ou trois jours différents de début, le reste suit un rythme habituel caractérisé notamment par les embouteillages des heures précédant celle de la rupture ou encore les sotiou qui se retrouvent à presque toutes les lèvres. Le nombre de voilées dans la ville et sur les profils Facebook aussi augmente sensiblement.

Au-delà de tout ça, les panneaux et les spots publicitaires changent. Les éléments publicitaires (musique, produits, slogan) se mettent au diapason de la période de jeûne.

Les principaux produits concernés

Presque tous les produits commerciaux se servent de la période du Ramadan pour faire des publicités, des promotions et autres campagnes de communication. Mais certains produits spécifiques sont en tête de file.

Les marques de produits alimentaires prennent le dessus. Les marques de beurre, de café, de thé, d’eau, de jus de fruits, de lait et de sucre pour ne citer que celles-là sont mises en avant sur les panneaux publicitaires occupant les grandes artères de la ville de Dakar.

Les entreprises de télécommunications ne sont pas en reste. Diverses promotions sur les diverses offres (abonnements, téléphones portables…) sont faites. Des tombolas sur les transferts d’argent par téléphone mobile sont organisées.

Les éléments  propres au Ramadan utilisés pour les visuels

Sur les panneaux et dans les spots publicitaires, certains éléments et caractéristiques sont visibles.

Le croissant lunaire est l’élément le plus utilisé. L’on peut le voir stylisé sous divers aspects. Dessiné avec une fumée de thé ou de café chaud, ou encore du lait coulant. Il peut être surmonté par des minarets ou des dessins représentant des toits de mosquées.

Les autres objets ou éléments les plus usités sont les dattes (fruit prisé pendant la période), les écritures arabes (beaucoup de polices de textes utilisées pour les slogans sont inspirées de cette forme d’écriture), la théière, les tapis de prière, l’architecture mauresque ou orientale.

Les lampes sont aussi beaucoup utilisées. Cet emblème du Ramadan dans les pays du Moyen-Orient s’exporte bien dans les panneaux publicitaires du Sénégal. Le « panier ndogou » donne la touche sénégalaise à certains panneaux.

Toutes les combinaisons imaginables et possibles sont faites avec ces divers éléments cités. Dans les publicités où apparaissent des personnages, l’accent est mis sur le sens du partage et de la famille.

Globalement les jeunes filles au large sourire ou les jeunes hommes aux pantalons et habits moulants sont évités. Si des personnages apparaissent, ils sont plutôt en boubou. Et si ce sont des femmes, elles portent le voile.

Les slogans les plus partagés

Mis à part les slogans en français qui se résument souvent à « Bon Ramadan », trois autres sont spécialement utilisés. Les deux premiers en langue arabe sont « Ramadan Moubarak » et « Ramadan Kareem ». Le Wolof étant roi au Sénégal, il serait grave de ne pas avoir un slogan en cette langue locale. Nous avons donc « Kooru Jamm ». La signification pour les trois slogans est la même et peut se résumer en un souhait de mois de carême béni. Quand le terme « Kareem » évoque noblesse ou encore générosité, « Moubarak » indique chance et bénédiction tandis que « Kooru Jamm »  souhaite un Ramadan de paix (tout ce qui est considéré comme retombée positive).

Face à tout ce foisonnement de communications publicitaires, il y a un groupe d’opérateurs économiques qui ne s’agite pas mais dont le chiffre d’affaires augmente sensiblement. Il s’agit des boulangers et pâtissiers. Les files d’attente sont toujours longues chez eux. Pourtant ce sont eux qui font le moins de publicités. Le pain est la star du Ramadan et peut se faire désirer.

Ramadan Mubarak…Ramadan Kareem…Kooru jamm à vous tous.

Par Roger Mawulolo (facebook) (twitter)

Cet article Sénégal : la publicité change avec le Ramadan est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
http://mawulolo.mondoblog.org/2019/05/15/senegal-publicite-change-ramadan/feed/ 2
Sénégal : la communauté togolaise a célébré les 59 ans d’indépendance du Togo http://mawulolo.mondoblog.org/2019/04/29/senegal-communaute-togolaise-a-celebre-59-ans-independance-togo/ http://mawulolo.mondoblog.org/2019/04/29/senegal-communaute-togolaise-a-celebre-59-ans-independance-togo/#comments Mon, 29 Apr 2019 16:30:03 +0000 http://mawulolo.mondoblog.org/?p=2304 La communauté togolaise au Sénégal s'est donné rendez-vous à Thiès, à 70 kilomètres de Dakar, pour la célébration de la fête de l'indépendance du Togo.

Cet article Sénégal : la communauté togolaise a célébré les 59 ans d’indépendance du Togo est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
Le 27 avril 1960, le Togo, un pays de l’Afrique de l’Ouest, accédait à la souveraineté internationale. Cela faisait donc 59 ans, le samedi 27 avril 2019.
Les Togolais vivant au Sénégal n’ont pas voulu rater cette occasion pour se réunir et commémorer l’événement. C’était à Thiès, la ville du rail, située à 70 km de Dakar.

Des Togolais arborant l'uniforme de la célébration - Photo : Roger LASMOTHEY

Des Togolais arborant l’uniforme de la célébration – Photo : Roger LASMOTHEY

Au Sénégal, plusieurs associations et amicales regroupent des Togolais de tout bord. Il s’agit notamment de l’Union Togolaise du Sénégal (UTS), de Novisi de Thiès, du Fonds de Solidarité et d’Entraide des Togolais en fonction à la BCEAO (FOSETO), de l’Amicale des Togolais en fonction à l’ASECNA à Dakar (ATAD), de l’Amicale des Togolais de Ouakam (ATO), l’Association des Togolais pour le développement (ATD), de la Coordination des Etudiants et Stagiaires Togolais au Sénégal (CESTS) pour ne citer que celles-là.

Ces diverses associations et amicales, avec en tête de file, l’UTS et Novisi, ont donc organisé les festivités marquant ce 59e anniversaire de l’Indépendance du Togo.

L’organisation

Après quelques réunions et plusieurs échanges, la communauté togolaise a décidé dès le début de l’année 2019 de célébrer la fête de l’indépendance par un grand pique-nique fraternel. L’association des Togolais vivant à Thiès (70 kilomètres de Dakar) a accepté d’accueillir les festivités.

Les démarches administratives furent donc menées auprès des autorités civiles et administratives de la ville d’accueil pour toutes les autorisations nécessaires.

Par la suite, un comité d’organisation conjoint fut mis en place pour piloter les préparatifs. Les Présidents d’association ont joué leur partition jusqu’à la concrétisation des diverses idées sous la forme d’un programme alléchant ainsi que le choix d’un parrain : M. Paul TOUPET (un acteur économique togolais au Sénégal, vivant à Mboro, une localité située à environ 92 kilomètres de Dakar).

Les festivités

Le samedi 27 avril 2019, le grand départ fut pris à Dakar en direction de Thiès. Près de 200 Togolais habillés de polos spéciaux confectionnés pour l’occasion, prirent place à bord des trois grands bus affrétés pour le déplacement des participants. L’ambiance était bon enfant à bord et était entretenue par des chants du terroir togolais.

La cérémonie a débuté par une prière suivie de l’exécution des hymnes nationaux du Sénégal et du Togo. Une série d’allocutions a suivi. Tour à tour, le Président de « Novisi », le Docteur Joseph ADOM, celui de l’UTS, M. Cyrille AKOLLY et M. Pascal Blewusi DAUGBEY, consul du Togo au Sénégal, se sont adressés à l’assistance. Ce dernier a informé la communauté de la mission itinérante du gouvernement togolais qui sera au Sénégal durant le mois de juin pour entretenir les Togolais sur divers sujets concernant la diaspora. Il a également invité l’ensemble de ses compatriotes à remplir le bulletin d’identification du Togolais de l’extérieur. Les informations recueillies par le biais de ce bulletin serviront à alimenter la base de données sur les compétences des membres de la diaspora togolaise du Ministère des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et des Togolais de l’Extérieur.

Des artistes togolais de la chanson, vivant au Sénégal, ont interprété divers morceaux de leur composition. Il s’agit notamment de Leenx, Luciano, John Yayrix, Jonathan Defoé, Authentik et aussi Kounta Kinté. Les quatre premiers artistes cités ont aussi interprété ensemble une chanson intitulée « Novisi » (fraternité). Une exhortation aux Togolais à s’unir pour le développement du pays au-delà de toute considération politique ou ethnique.

L'artiste-peintre Alidou Kapi et son tableu-Photo : Roger LASMOTHEY

L’artiste-peintre Alidou Kapi et son tableau-Photo : Roger LASMOTHEY

Le groupe de danse « Maman Diaspora Togo », composé d’étudiants togolais a émerveillé le public. Ses chorégraphies savamment orchestrées sur divers rythmes folkloriques du Togo mixés avec de la musique moderne notamment des « Toofan » a arraché des applaudissements aux uns et aux autres.

Plusieurs moments de danses aux rythmes traditionnels du Togo notamment Kamou, Akpêssê et Agbadja ont émaillé les festivités.

Le clou de la journée

Le clou de cette journée a été la réalisation sur place d’un portrait de Sylvanus Olympio, le père de l’indépendance du Togo. Celui dont le Centre Hospitalier Universitaire de Lomé porte le nom.

Ce beau tableau a été réalisé par l’artiste peintre togolais, Alidou Kapi. Ce dernier né lui-même un 27 avril en a profité pour se présenter à la communauté togolaise. Pendant près de deux heures, avec ses pinceaux et couleurs, ce dessinateur autodidacte s’est livré à son œuvre. A la fin, plus de la moitié des participants ont pris diverses poses de photo autour de l’œuvre réalisée. L’artiste a offert son tableau à l’Union Togolaise du Sénégal (UTS).

Il a été difficile pour les participants de se séparer en fin de journée. Ils se sont donc donnés rendez-vous pour l’année 2020 pour la célébration du 60e anniversaire de l’Indépendance du Togo. Les différentes associations ont pris l’engagement pour une nouvelle organisation en commun.

Il faut préciser que des offices religieux avaient réuni les Togolais dans plusieurs Eglises de Dakar.

Le thème général de la célébration 2019 a été « Togolais, viens bâtissons la cité ».

Par Roger Mawulolo (facebook) (twitter)

Cet article Sénégal : la communauté togolaise a célébré les 59 ans d’indépendance du Togo est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
http://mawulolo.mondoblog.org/2019/04/29/senegal-communaute-togolaise-a-celebre-59-ans-independance-togo/feed/ 2
#MondoChallenge : le mojito, l’alcool préféré des mondoblogueurs http://mawulolo.mondoblog.org/2019/04/23/mondochallenge-mojito-lalcool-prefere-mondoblogueurs/ http://mawulolo.mondoblog.org/2019/04/23/mondochallenge-mojito-lalcool-prefere-mondoblogueurs/#comments Tue, 23 Apr 2019 17:46:46 +0000 http://mawulolo.mondoblog.org/?p=2293 Un soir dans leur promenade nocturne, ils sont tombés sur un snack appelé le Mojo. Et il y avait une grande soirée de publicité sur le mojito. Des divers témoignages recueillis, le « mojito » était tellement bon que les amateurs n'ont eu aucune difficulté à faire de nouveaux adhérents au « mojito fan's club ».

Cet article #MondoChallenge : le mojito, l’alcool préféré des mondoblogueurs est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
Selon l’accent que veut adopter le barman ou la serveuse que vous croiserez, vous entendrez dire de « morito », « mohito » ou « mojito ». Même sur les cartes de cocktails, les manières de l’écrire peuvent différer d’un endroit à un autre. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il s’agit du même cocktail.

Il me semble être le plus célèbre cocktail du monde. Et il l’est aussi dans le cercle des mondoblogueuses et mondoblogueurs.

Un Mojito et un laptop - Crédit photo : picjumbo.com (Image libre)

Un cocktail mojito – Crédit photo : picjumbo.com (Image libre)

Le cocktail « mojito » est cubain d’origine et à la base est toujours alcoolisé. Sa version « sans alcool » s’appelle justement « virgin mojito » pour montrer qu’il lui manque une certaine virilité. N’y voyez aucun machisme mais plutôt un corollaire de l’effet que peut avoir l’alcool, surtout le rhum cubain.

Il en existe diverses variétés dont celle à la fraise ou encore à la mangue. Par endroits, on peut voir des barmen innover avec des versions diverses. De base, il vous faut du rhum blanc, des feuilles de menthe, du sucre, du citron vert et de l’eau gazeuse. Chaque bar y va selon sa technique et veut créer son originalité. Mais il est reconnu que la recette d’origine doit comporter : 6 cl de rhum cubain, 7 feuilles de menthe, du sucre de canne ou de la cassonade, des tranches de citron, des cubes de glaçons ou de la glace pilée selon les goûts.

Le début de l’histoire du « Mondo mojito »

Ils, plutôt elles, ont beau crier « Ce qui s’est passé à Tana reste à Tana », que nenni, l’affaire du mojito de Tana a été éventée. Lors de la formation Mondoblog de 2016 à Antananarivo, la capitale de la Grande Île, Madagascar, les mondoblogueurs avaient pour habitude d’échanger autour d’un pot après les séances de formation.

Un soir dans leur promenade nocturne, ils sont tombés sur un snack appelé le Mojo. Et il y avait une grande soirée de publicité sur le mojito. Des divers témoignages recueillis, le « mojito » était tellement bon que les amateurs n’ont eu aucune difficulté à faire de nouveaux adhérents au « mojito fan’s club ».

C’est donc là que le goût commun pour le « mojito » s’est affirmé. Si ceux qui se définissent comme de nouveaux fans de ce cocktail vous disent qu’ils y ont été entraînés à leur corps défendant, ne les croyez surtout pas. Je vous assure que cet esprit « mojito » sommeillait déjà en eux et n’attendait qu’un catalyseur. Et Tana a joué ce rôle. Sacré MondoTana.

Le plus intéressant est que la gent féminine était très fortement représentée dans ce lot de consommateurs de Tana. Et mieux, « mojito » est bien devenu un code entre certaines mondoblogueuses que je m’abstiens de citer. Elles ont même monté la « Mondogang » qui a pour boisson de référence le mojito.

 Mojito un jour, mojito toujours

Il est courant de voir sur les diverses plateformes regroupant des mondoblogueurs des photos de cocktails mojito circuler. Il s’agit souvent d’une dégustation solitaire ou en groupe. Et souvent lorsqu’ils se rencontrent dans un des pays où ils sont, le mojito coule à flot. Il est admis que les non consommateurs absolus d’alcool prennent le mojito en sa version « virgin ».

Il ne manque plus qu’un séjour organisé à Cuba, la terre du mojito, pour que soit délivré à Mondoblog le titre de fan club officiel de cette boisson. A défaut, on pourrait faire une tournée au MojitoLab, un bar parisien spécialisé en mojito. Ils ont plus d’une dizaine de variétés de ladite boisson.

La seul vraie concurrente du « mojito » dans le cercle des Mondoblogueuses et Mondoblogueurs reste et demeure la bière. Au Cameroun et au Gabon, deux pays où la bière est reine, cela se vérifie bien.

Mais je ne puis finir sans vous rassurer que la consommation de mojito est toujours modérée chez les Mondoblogueuses et Mondoblogueurs. Ceux qui s’apprêtaient à mettre en commentaire « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé », ce n’est donc plus la peine de le faire.
Merci.

Cet article #MondoChallenge : le mojito, l’alcool préféré des mondoblogueurs est apparu en premier sur Dire ou ne pas dire.

]]>
http://mawulolo.mondoblog.org/2019/04/23/mondochallenge-mojito-lalcool-prefere-mondoblogueurs/feed/ 8