Politique

Reconnaître sa défaite électorale, exploit en deçà du Sahara, normal au-delà

Tout le monde s’accordait à dire que l’issue de l’élection au Nigeria serait sanglante avec beaucoup de contestation voire des morts. Et surtout on craignait qu’aucun des deux protagonistes, Goodluck Jonathan et Muhammadu Buhari, ne reconnaisse facilement sa défaite. Le président sortant a donc surpris son monde et surtout les médias.

Les sans « nationalité française » fixes

Photo AFP

Acquérir la nationalité française peut se révéler être un vrai parcours du combattant. Vous avez le choix entre poser un acte de bravoure au profit de la population française (Exemple : Lassana Bathily au supermarché casher) ou suivre des règles strictes édictées par le Code civil français.
Ne vous croyez pas au bout de vos peines quand vous obtenez le précieux sésame, car vous pouvez aussi la perdre ou en être déchu sous certaines conditions.

Sans vocation, le travail (être caricaturiste) n’est rien (Partie 3 et fin) – Hommage à Charlie Hebdo

J’avais une autre longue liste de métiers à mettre en exergue par rapport à la vocation pour cette troisième partie. Mais en hommage à ceux qui ont perdu la vie dans l’attentat perpétré contre Charlie Hebdo, ce présent billet sera […]

Accueil d’immigrés et de réfugiés : faire du bien peut se retourner contre soi

Un otage qui a pu fuir - Photo : ReutersUn otage qui a pu fuir - Photo : Reuters

Les derniers 24 heures en Australie nous ont tenus en haleine. Un scénario digne des séries « 24 heures chrono » ou encore « Homeland » s’est soldé par la mort de 3 personnes dont le preneur d’otage, un iranien d’origine. Le preneur d’otage […]

Au Togo, de la religion à la politique il n’y a qu’un pas

En cette veille de Tabaski (fête religieuse musulmane), les chefs religieux catholiques, ceux de l’Église évangélique presbytérienne et les méthodistes du Togo ont lancé un appel aux politiciens. Le concept « Tout l’Evangile pour tout l’homme » qui les a certainement guidés implique que l’Homme dans sa globalité doit faire l’objet de toute l’attention du clergé.

Je prie (est-ce que je crois ?) donc je tue

En cette matinée où tous les médias parlent de l’assassinat d’Hervé Gourdel, le plus récent d’une longue série, je ne puis m’empêcher de penser à ce phénomène de « tuer au nom de la religion ». Ce phénomène qui, certes, existe depuis belle lurette (demander à Jeanne d’Arc ou à Galilée, le savant), mais dont l’ampleur est décuplée de nos jours.