Notre génération est la meilleure

« Notre génération est la meilleure » est souvent la conclusion de beaucoup de personnes lorsque vous discutez de certains sujets. Et surtout des sujets où l’on compare des pratiques, des mérites ou des points de vue évoluant dans le temps. En réalité, qui peut dire ne jamais l’avoir dit ?

Génération - Crédit image : Rawpixel sur Pixabay

Génération – Crédit image : Rawpixel sur Pixabay

Au mois de février de cette année dans la cafétéria de Radio France Internationale, l’expression est encore ressortie lorsque nous discutions entre mondoblogueurs et membres de l’équipe de « l’Atelier de médias ». Cela m’a rappelé toutes les fois que je l’ai entendue.

Cette expression dépasse même les limites qu’on se donne en parlant de « génération Y », de « génération Z ».

Au-delà de la définition classique qui veut qu’une génération soit des personnes étant à peu près du même âge ou une période s’étendant de 25 à 30 ans, elle est aussi synonyme de saison ou de promotion. Ces deux derniers mots pris dans le sens d’un groupe de personnes ayant fait une formation ensemble ou ayant été recruté au même moment. Il en est de même pour ceux ou celles qui ont fait des initiations traditionnelles ou religieuses ensemble.

Entre Mondoblogueurs

Ce jour-là, nous étions à la cafeteria de la radio du monde. Nous, il s’agit des mondoblogueurs Benjamin Yobouet,  Inda Etou, Sinatou Saka, George Atino, Kpénahi Traoré et moi-même. L’équipe de l’Atelier des médias était aussi présente avec Camille Deloche, Camille Sarazin et Simon Decreuze.

Les discussions ont tourné autour des blogs, des billets, de nos inspirations pour les écrire et bien d’autres sujets d’actualité. Par la suite, nous avons fait un peu le tour pour mieux faire connaissance et dire de quelle saison (génération) de Mondoblog chacun était. Surtout pour ceux et celles qui ne se connaissaient pas ou qui ne s’étaient jamais rencontrés. Lorsque nous avons abordé le sujet des formations en citant les villes où chacun avait suivi la sienne, certains noms réputés de la plateforme Mondoblog furent cités. Et à une des personnes présentes, que je ne citerai pas, de dire « Cette génération-là était la meilleure, et c’était la nôtre ». Cela me fit sourire intérieurement.

Même chez les « tchiza »

A maintes reprises, j’ai pu entendre des « tchiza » âgées s’en prendre à des plus jeunes. Le terme désigne les maîtresses d’hommes mariés. Elles soutiennent qu’en leur temps, elles avaient plus de tact et de discrétion quand elles sortaient avec des maris d’autrui. Mais que la génération actuelle s’affiche sur les réseaux sociaux même avec des hommes déjà mariés.

Il y a des années à Nyékonakpoè mon quartier d’origine à Lomé, je mangeais du poulet en bord de route. Deux dames de la quarantaine discutaient. Elles ont dit en somme : « A notre époque, nous le VIH n’existait pas et il fallait juste éviter de tomber enceinte. Du coup, nous prenions le vrai plaisir –chair contre chair- car avec les préservatifs, le goût de la chose change. Avec le condom, on dirait qu’on consomme des friandises mais avec leur emballage. » Et elles ont conclu : « Vraiment notre génération est la meilleure car elle prenait beaucoup plus de plaisir et en toute sécurité et discrétion. » Cela se passe de tout commentaire.

Quand il s’agit de football ou de musique

Du Sénégal au Togo en passant par le Cameroun, pour ne citer que ces pays-là, ces débats sont parfois houleux. Les anciens disent que Roger Milla est plus fort que Eto’o Fils, que Kaolo est mieux que Adébayor ou encore que Jules Bocandé est plus talentueux que Sadio Mané.

Pour le cas du Togo que je connais bien, j’ai déjà eu à répondre qu’Adébayor a conduit le Togo au Mondial 2006 et a eu un Ballon d‘or africain en 2008. Ce que n’a pas fait feu Edmond Apeti dit « Dr Kaolo ». Il a certes amené le Togo à sa première Coupe d’Afrique en 1972 mais Shéyi en a fait au moins quatre avec les Eperviers. On dit beaucoup de bien du Dr Kaolo dans mon pays et je n’en doute pas. Mais avouons que c’est difficile de comparer et surtout que les faits parlent pour Adébayor en termes de palmarès. Le débat reste le même lorsque l’on compare les Camerounais Roger Milla et Etoo ou les Sénégalais Jules Bocandé, El Hadji Diouf et Sadio Mané.

Pour la musique, l’on vous dira qu’avant c’était de la vraie et pure musique. Et que de nos jours, ce sont des logiciels qui gèrent tout. Des instruments jusqu’à la voix, l’on peut tout manipuler et masquer. Bref on peut facilement tromper le public ou les spectateurs même quand on n’a pas une belle voix. On peut programmer les instruments et faire semblant de jouer. Avant, il fallait vraiment connaître cet art avant de monter sur scène.

Pour tout ça, les anciens disent « Notre génération est la meilleure » et les jeunes aussi se disent la même chose.

Sur les lieux de travail

Là, les aînés pensent que les plus jeunes ne respectent plus les traditions ou les codes. Les aînés voudraient bien que les jeunes puissent lire entre les lignes et entendre ce que les murs racontent sur le passé.

Pendant que les aînés louent leur esprit de sacrifice, les jeunes calculent les heures supplémentaires accomplies et en veulent la rémunération. Au moment où les plus âgés prêchent pour le respect total de la hiérarchie, les plus jeunes demandent à leurs supérieurs s’ils peuvent les tutoyer ou les appeler par leur prénom.

Face à tout cela, les aînés disent « Oh ces jeunes ne respectent plus rien, ni personne. Notre génération est la meilleure ».

On pourrait multiplier les exemples en prenant la religion, le mariage ou plein d’autres sujets. Pour ma part, je me dis, qu’il faut juste s’abstenir de comparer sauf si c’est pour identifier des points faibles à améliorer par exemple. Ou encore des points forts à partager ou à reproduire. Mais surtout pas une comparaison nette et tranchée qui donne la fameuse conclusion « Notre génération est la meilleure ».

Et vous, pensez-vous que votre génération est la meilleure ?

En tout cas, que celui qui n’a jamais dit « Notre génération est la meilleure » jette la pierre aux autres.

Par Roger Mawulolo (facebook) (twitter)

À propos de l'auteur

Mawulolo

Ingénieur Informaticien de formation, ma passion pour la communication appuyée par des compétences et des expériences me permettent de travailler, aujourd'hui, dans la communication. Les politiques, stratégies et projets Jeunesse sont également mes dadas. A ce titre, je suis le coordonnateur de l'action Jeunesse" d'une communauté regroupant 35 associations, venant de 24 pays, réparties en Europe, en Afrique, en Amérique latine, dans l'Océan indien et dans le Pacifique. Sur ce blog personnel, je me livre à l'exercice de l'écriture, qui est aussi une de mes passions.

Archives par auteur

8 Commentaires

    1. Il y a toujours du bon comme du mauvais dans chaque génération. Tout ne peut être totalement noir au point qu’une génération dépasse totalement l’autre.
      Allez have a nice day boy de Souza… 😀

  1. Très belle analyse sous plusieurs angles (même les tchiza ne sont pas oubliées, lol). Ceci dit, je pense que ce débat n’a pas vraiment lieu d’être. Les réalités et les défis sont différents selon les époques alors on ne peut pas comparer des générations qui ont vécu les choses différemment. L’essentiel c’est de faire de son mieux pour laisser un bon souvenir de soi sur la terre.

    1. Tout à fait, nos vieux ont été sage de dire de juste tisser la nouvelle corde au bout de l’ancienne…
      Faire une analyse SWOT pour s’ajuster et ne pas surtout faire les erreurs que d’autres avaient déjà faites…
      Merci Eléonoe

  2. Très bonne analyse! Mais je pense que dans chaque génération il y a des bons points à tirer et les mauvais à en repousser. Cette évaluation nous permettra de rendre meilleur les générations futures.

  3. Notre génération sans jeux vidéos ou smartphone était la meilleure. On s’amusait bien mieux voire on s’amusait… Les enfants seront pas d’accord bien évidemment.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *