#MondoChallenge : le mojito, l’alcool préféré des mondoblogueurs

Selon l’accent que veut adopter le barman ou la serveuse que vous croiserez, vous entendrez dire de « morito », « mohito » ou « mojito ». Même sur les cartes de cocktails, les manières de l’écrire peuvent différer d’un endroit à un autre. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il s’agit du même cocktail.

Il me semble être le plus célèbre cocktail du monde. Et il l’est aussi dans le cercle des mondoblogueuses et mondoblogueurs.

Un Mojito et un laptop - Crédit photo : picjumbo.com (Image libre)

Un cocktail mojito – Crédit photo : picjumbo.com (Image libre)

Le cocktail « mojito » est cubain d’origine et à la base est toujours alcoolisé. Sa version « sans alcool » s’appelle justement « virgin mojito » pour montrer qu’il lui manque une certaine virilité. N’y voyez aucun machisme mais plutôt un corollaire de l’effet que peut avoir l’alcool, surtout le rhum cubain.

Il en existe diverses variétés dont celle à la fraise ou encore à la mangue. Par endroits, on peut voir des barmen innover avec des versions diverses. De base, il vous faut du rhum blanc, des feuilles de menthe, du sucre, du citron vert et de l’eau gazeuse. Chaque bar y va selon sa technique et veut créer son originalité. Mais il est reconnu que la recette d’origine doit comporter : 6 cl de rhum cubain, 7 feuilles de menthe, du sucre de canne ou de la cassonade, des tranches de citron, des cubes de glaçons ou de la glace pilée selon les goûts.

Le début de l’histoire du « Mondo mojito »

Ils, plutôt elles, ont beau crier « Ce qui s’est passé à Tana reste à Tana », que nenni, l’affaire du mojito de Tana a été éventée. Lors de la formation Mondoblog de 2016 à Antananarivo, la capitale de la Grande Île, Madagascar, les mondoblogueurs avaient pour habitude d’échanger autour d’un pot après les séances de formation.

Un soir dans leur promenade nocturne, ils sont tombés sur un snack appelé le Mojo. Et il y avait une grande soirée de publicité sur le mojito. Des divers témoignages recueillis, le « mojito » était tellement bon que les amateurs n’ont eu aucune difficulté à faire de nouveaux adhérents au « mojito fan’s club ».

C’est donc là que le goût commun pour le « mojito » s’est affirmé. Si ceux qui se définissent comme de nouveaux fans de ce cocktail vous disent qu’ils y ont été entraînés à leur corps défendant, ne les croyez surtout pas. Je vous assure que cet esprit « mojito » sommeillait déjà en eux et n’attendait qu’un catalyseur. Et Tana a joué ce rôle. Sacré MondoTana.

Le plus intéressant est que la gent féminine était très fortement représentée dans ce lot de consommateurs de Tana. Et mieux, « mojito » est bien devenu un code entre certaines mondoblogueuses que je m’abstiens de citer. Elles ont même monté la « Mondogang » qui a pour boisson de référence le mojito.

 Mojito un jour, mojito toujours

Il est courant de voir sur les diverses plateformes regroupant des mondoblogueurs des photos de cocktails mojito circuler. Il s’agit souvent d’une dégustation solitaire ou en groupe. Et souvent lorsqu’ils se rencontrent dans un des pays où ils sont, le mojito coule à flot. Il est admis que les non consommateurs absolus d’alcool prennent le mojito en sa version « virgin ».

Il ne manque plus qu’un séjour organisé à Cuba, la terre du mojito, pour que soit délivré à Mondoblog le titre de fan club officiel de cette boisson. A défaut, on pourrait faire une tournée au MojitoLab, un bar parisien spécialisé en mojito. Ils ont plus d’une dizaine de variétés de ladite boisson.

La seul vraie concurrente du « mojito » dans le cercle des Mondoblogueuses et Mondoblogueurs reste et demeure la bière. Au Cameroun et au Gabon, deux pays où la bière est reine, cela se vérifie bien.

Mais je ne puis finir sans vous rassurer que la consommation de mojito est toujours modérée chez les Mondoblogueuses et Mondoblogueurs. Ceux qui s’apprêtaient à mettre en commentaire « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé », ce n’est donc plus la peine de le faire.
Merci.

À propos de l'auteur

Mawulolo

Travaillant dans le domaine des TICs (Ingénieur Informaticien) dans un organisme international africain, il me semble au fil des ans que je deviens accro à l'écriture et à la communication. Que ce soit sous forme d'articles ou de commentaires sur le web, de présentation radio ou de spectacle, je m'y sens de plus en plus comme un poisson dans l'eau. Je suis un africain né sur le continent noir et y vivant. J'aime traiter de politique, de société et aussi de sport. Au delà, la gestion de programme Jeunesse est mon dada. A ce titre, je suis le gestionnaire actuel des projets "Jeunesse" d'une communauté regroupant 35 associations, venant de 24 pays, réparties en Europe, en Afrique, en Amérique latine, dans l'Océan indien et dans le Pacifique

Archives par auteur

8 Commentaires

  1. Donc quand on est allés au Mojo les gens ont bu les mojitos sans m’inviter ! Merci pour ce kongossa, Roger. Trois ans après, je découvre enfin qui sont mes vraies amies (oui, au féminin)

  2. On ne peut même plus sereinement te faire un kongossa hein Roges! Euyye! En tout cas, les premiers à commenter ce billet ont trahi leur intérêt pour l’affaire… Ils savent ce qu’ils ont fait à Tana (et qui va rester à Tana)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *