Sécurité : la peur justifie les moyens

Pendant longtemps, dans nos pays africains, on peinait à investir dans les moyens de sécurité sauf quand il s’agissait de protéger les Présidents. Mais depuis que les menaces terroristes se sont transformées en attentats concrets (en Côte d’Ivoire, au Mali, au Burkina Faso, au Nigeria, au Kenya, au Cameroun et ailleurs), les mêmes dirigeants trouvent comme, par magie, les moyens d’acquérir des équipements pour assurer une sécurité. Même les entreprises privées, notamment les hôtels et autres lieux publics, qui négligeaient cet aspect important s’y sont mis. Le système a encore des failles mais fait quand même des heureux. Oui, le malheur des uns peut bien faire le bonheur des autres.

Agent de sécurité - Image : pixabay.com

Agent de sécurité – Image : pixabay.com

Les sociétés privées de sécurité

Actuellement les sociétés privées de sécurité renflouent leurs caisses car beaucoup ont vu leurs contrats de prestation revus à la hausse. Désormais à la surveillance visuelle pour laquelle elles étaient payées se sont rajoutés d’autres moyens notamment les miroirs d’inspection des dessous de véhicules et les détecteurs de métaux. Les plus nantis se dotent même de détecteurs à rayons X, comme dans les aéroports, et ne négligent pas la télé-surveillance. Certains pourraient l’ignorer mais sachez que le rajout de ces outils nécessite une revue à la hausse des contrats vous liant à ces entreprises.

Les effectifs d’agents de sécurité ont été multipliés aux abords de certains édifices et tout ça au grand bonheur des entreprises privées de sécurité. Plus d’agents, plus d’argent à payer. La peur des attentats est devenu un vecteur de résorption du taux de chômage dans certaines zones car les sociétés privées de sécurité recrutent à tout va. La quasi-totalité des lieux de loisirs ont des vigiles équipés de détecteurs de métaux. De Dakar à Douala en passant par Abidjan et Lomé, les entrées dans les hôtels ou autres endroits que fréquentent les Occidentaux sont soumises à des contrôles au détecteur. C’est devenu une nécessité.

Je ne sais pas si ça va les pousser à prier pour que les menaces perdurent mais bon ça fait quand même marcher les affaires. Ceci est-il comparable aux cartes de vœux provenant d’une entreprise de pompes funèbres demandant pour vous et vos proches une longévité ? Ou encore un médecin voulant vous convaincre qu’il prie tous les jours pour votre bonne santé ? Je n’en sais rien moi. Je ne fais que penser tout haut.

Les forces armées nationales

Avant dès qu’on voyait un convoi de militaires avec des tenues bien propres et des équipements sophistiqués, il y avait deux cas : soit ils allaient au défilé marquant la fête nationale; soit il s’agissait de la garde présidentielle. Cette dernière était souvent la mieux lotie car il lui fallait protéger le premier des citoyens.

De nos jours, c’est une fierté pour beaucoup d’Africains de voir enfin tous leurs soldats, leurs gendarmes et leurs policiers habillés et équipés d’armes sophistiquées comme dans les films américains. N’est ce pas beau de les voir parés de leur combinaison anti-balles devant les édifices publics et aussi de voir que leurs véhicules ont été rénovés pour plus de protection? Tout cela a un coût. Le budget des armées, de la police et de la gendarmerie a augmenté dans tous les pays même les plus pauvres. Autant on les équipe, autant il faut les former pour qu’ils soient à niveau pour faire face à la menace. Au détriment certainement d’autres priorités. Mais les États ont-il le choix?

Comme en France, nos pays pensent certainement à renforcer les effectifs des forces de l’ordre vu leur redéploiement sur le terrain. Le Kenya, le Sénégal, le Cameroun et le Nigeria l’ont déjà fait. Les autres le feront sans aucun doute. Des nouvelles recrues seront donc enrôlées et donc de l’emploi créé. Même si c’est devenu un emploi à risque, on pourra mettre dans le bilan des gouvernements que le taux de chômage a baissé. A quelque chose, malheur aura été bon.

Les failles dans les systèmes

Malgré tout ces efforts consentis, il y a encore quelques grains de sable dus à l’homme. Au delà de toutes les raisons classiques connues, je vous en cite certaines qui semblent tellement simples qu’on les néglige assez souvent :

  • corruption et racket : dans nos aéroports et lieux publics, il est encore possible de négocier des faveurs avec des agents des force de l’ordre; la question est simple : peut-on contrôler ou surveiller avec la même rigueur une personne qui nous a fait un cadeau qu’une autre ne nous ayant rien « glisser » ?
  • laxisme : souvent à l’entrée des lieux de spectacle, je vois des vigiles qui font l’accolade aux clients habituels et fouillent à peine leurs sacs ou leurs poches; mieux en Afrique quand c’est mon cousin ou frère qui passe, je ne fouille pas trop son sac; pourtant les kamikazes sont des frères ou des cousins de bien de gens.
  • mauvaises habitudes : j’étais sidéré quand devant un hôtel, le vigile disposant du détecteur magnétique s’est empressé de prendre le sac du directeur de l’établissement à son arrivée et l’accompagner jusqu’à son bureau; le directeur était vraiment fier qu’on le serve ainsi et bombait le torse en oubliant que durant ce temps aucun contrôle n’est exercé sur les personnes qui entrent dans l’hôtel.
  • ingénierie sociale : ce terme venant de la sécurité informatique se prête bien ici car souvent les agents des services de renseignements parlent un peu trop au lieu de garder le silence ou les secrets; des informations secrètes peuvent se retrouver facilement dans la presse.

Actuellement, nous, les habitants de certaines villes et certains pays d’Afrique, avons vraiment peur car la menace terroriste est réelle et palpable. La présence remarquée et remarquable des forces de l’ordre et les contrôles tous azimuts partout et en tout temps nous rassure t-elle?

Moi cela ne me rassure qu’à moitié car nos vilaines habitudes aiment bien reprendre le dessus aussitôt que la menace ne devient pas attentat dans les jours, semaines et mois qui les suivent.

Que notre peur devienne pour nous un mobile de reconsidération de nos habitudes de vie et non une résignation ou une fatalité à dire que tôt ou tard nous mourons donc autant vivre comme si de rien n’était. Notre sécurité en dépend même si personne ne sait ni le jour, ni l’heure où un kamikaze peut frapper.

Je terminais ces lignes quand j’apprenais les frappes meurtrières sur Grand Bassam (non loin d’Abidjan). Notre peur est grande car Dakar, où je vis, semble être une cible privilégiée.

Il semble que les kamikazes crient souvent « Allahou Akbar » (Dieu est le plus grand) en passant à l’acte. De plus en plus, il nous semble que nous ne pouvons nous-mêmes que nous vouer à cette même phrase. Nous disons aussi donc « Allahou Akbar » car par les temps qui courent, nous avons l’impression qu’il n’y plus que Dieu qui puisse nous protéger des terroristes.

Hommage à toutes les victimes de ces barbaries.

À propos de l'auteur

Mawulolo

Travaillant dans le domaine des TICs (Ingénieur Informaticien) dans un organisme international africain, il me semble au fil des ans que je deviens accro à l'écriture et à la communication. Que ce soit sous forme d'articles ou de commentaires sur le web, de présentation radio ou de spectacle, je m'y sens de plus en plus comme un poisson dans l'eau. Je suis un africain né sur le continent noir et y vivant. J'aime traiter de politique, de société et aussi de sport. Au delà, la gestion de programme Jeunesse est mon dada. A ce titre, je suis le gestionnaire actuel des projets "Jeunesse" d'une communauté regroupant 35 associations, venant de 24 pays, réparties en Europe, en Afrique, en Amérique latine, dans l'Océan indien et dans le Pacifique

Archives par auteur

4 Commentaires

  1. JE retiens une chose ! Mawulolo a peur ! et même après deux simbas, tu auras toujours peur ? kr kr kr kr kr

    Mais plus sérieusement, je pense que nos armées ne pourront pas éviter les attaques djihadistes. Elles sont sporadiques, spontanées, et n’obéissent à aucune règle. Ce pourquoi les factions extrémistes armées musulmanes s’organisent en Katiba leur permet de ne pas laisser filtrer les informations. Donc même côté renseignement et service secret, c’est mort…

    Même la mondialisation aura gagné du terrain sur ce plan-là. avant c’est les américains qui se sentaient menacés par les arabes djihadistes. Ensuite ça a été les européens. Aujourd’hui c’est les africains… C’est une mondialisation du djihadisme kr kr kr

  2. Le moins qu’on puisse dire est que ces sociétés de sécurité privée n’ont pas trop à se plaindre dans cette situation particulière. A vrai dire aucun système de sécurité aussi sophistiqué soit il ne nous garantit le risque zéro. Face à la capacité de nuisance des terroristes je pense qu’il s’agit plus de limiter les dégâts qu’autre chose. Si on y ajoute les tares sécuritaires en Afrique comme ceux que tu as relevé ici, eh bien nous sommes dans une bonne merde.
    Ce faisant que Dieu nous vienne en aide. Allahou akbar..

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *