Ami blogueur, es-tu un thermomètre ou un thermostat ?

Avec certaines discussions et interventions lors de la dernière formation Mondoblog tenue à Dakar, je me suis vraiment interrogé sur le type de blogueur que je dois être.
Il m’a fallu entendre un aîné parler le dimanche et que le lundi, je lise le dernier billet d’Ecclésiaste Deudjui pour que cette question me revienne à l’esprit.
Dois-je (devons-nous) être un (des) blogueur(s) thermomètre(s) ou un (des) blogueur(s) thermostat(s) ?

Blogueur : thermomètre ou thermostat ?

Blogueur : thermomètre ou thermostat ?

Martin Luther King, le défenseur bien connu des droits humains, était aussi Pasteur. Il avait jugé que dans une communauté chrétienne on avait des fidèles thermomètres et d’autres qui sont des thermostats. Le premier groupe se contente de mesurer la température et de s’y conformer tandis que le second ne se contente pas seulement de la mesurer mais la régule.
Ceci veut dire tout simplement que les fidèles « thermomètres » n’agissent en rien sur les évènements qui se passent dans leur environnement. Ils laissent faire et subissent alors que les « thermostats » agissent, dénoncent et proposent des solutions.
Ceci peut facilement s’appliquer à tout autre groupe mais aussi aux blogueurs.

Le blogueur thermomètre

Le blogueur thermomètre se contente d’écrire tout en évitant les sujets qui fâchent. Je dirai qu’il écrit pour juste décrire la nature sans rien de plus. Il ne donne aucun avis, ni aucune orientation. Il est un simple spectateur. Qu’on tue les autres, qu’on les méprise ou qu’on les exploite ou qu’on bafoue les droits humains lui n’en a cure. Qu’on maltraite la veuve ou l’orphelin, que la mauvaise gouvernance s’instaure, ce n’est pas son problème.

Qu’on détruise l’environnement, que des migrants meurent, que des kamikazes tuent en se tuant ou que des terroristes décapitent des innocents, lui préfère regarder ailleurs ou composer des poèmes à l’eau de rose. Encore qu’avec des poèmes on peut dénoncer des choses qui ne fonctionnent pas.

Qu’on craigne d’être taxé d’homophile ou d’homophobe, on est thermomètre. Qu’on craigne de donner son vrai avis sur un sujet, c’est pareil.

Si nous vivons dans un pays dirigé par un dictateur et que nous craignons pour nos vies, nous pouvons au moins parler du voisin qui bat sa femme ou qui néglige ses enfants. C’est aussi un sujet qui peut éveiller des consciences.

Le blogueur fermant ses yeux sur ce qui ne va pas et qui préfère par peur ou indifférence ne rien dénoncer est donc un « blogueur thermomètre ». Son comportement est fonction de celui du groupe où il vit. Tel un béni oui-oui.

Le blogueur thermostat

Le thermostat ne se contente pas d’indiquer la température de l’endroit où il est placé, mais agit ou réagit quand cette température n’est pas normale, pour la ramener au niveau voulu.

C’est cela que doit être un blogueur : écrire quand il y a un problème. Écrire avec des preuves et des arguments. Dire ce qui ne va pas même si cela doit déranger. Faire entendre les voix de ceux qui n’ont pas d’espaces d’expression.

Face à la montée de la violence aveugle qui tue, viole, maltraite, asservit par mille et une voies, doit-on se taire et faire semblant ? Face au dérèglement climatique, doit-on rester coi?

Dans certaines traditions africaines, le bélier est sacrifié lorsque la paix revient entre deux groupes qui étaient en conflit. On dit souvent que si le bélier lui-même avait cherché à prévenir le conflit en dénonçant les germes souvent visibles, il aurait évité qu’on le sacrifie à la fin car le conflit n’aurait même pas débuté. C’est une image pour indiquer que lorsque la case de notre voisin brûle il faut l’aider à éteindre le feu, de peur que le feu n’atteigne notre propre case. Donc cher blogueur, fuir les problèmes de la société pourrait, un jour, se retourner contre toi et tu pourras être la victime du problème que tu évites de dénoncer.

Les risques d’être un thermostat

Raef Badawi fouetté - Crédit :mosaiquefm.net

Raef Badawi fouetté – Crédit :mosaiquefm.net

Il est vrai que certains blogueurs engagés l’ont payé de leur vie.  Je m’incline devant la mémoire de Neloy Neel, un blogueur engagé assassiné en cette année même au Bangladesh.

Dans beaucoup de pays aussi, des blogueurs sont traqués, emprisonnés et maltraités physiquement ou mentalement. Connaissez-vous les blogueurs Alexeï Navalny, Amos Yee, Alaa Abdel Fattah, Raif Badawi ? Eux sont connus pour souffrir de leur engagement mais d’autres moins connus ou pas du tout souffrent aussi en silence et dans l’oubli.

A la récente formation Mondoblog de 2015 à Dakar, on a certains amis blogueurs que je ne citerai pas qui nous ont parlé des menaces reçues. Certains ont dû, à certains moments, cesser leur publication sous peine de représailles. Si tu n’as jamais vécu cela, tu ne peux pas comprendre.

Mais est-ce une raison pour se taire ? Moi je dis non car le mal ne fera que progresser et devenir plus fort, plus pernicieux.

Faire son choix

Interpeller, sensibiliser, conscientiser, informer, éveiller les consciences : voilà le rôle que moi je trouve nécessaire pour un blogueur. C’est de cela qu’il s’agit. Un blogueur est un porte-voix des sans voix de nos sociétés. Il faut certainement dire ce qui marche mais encore plus dénoncer ce qui ne va pas.
Comme nous sommes à l’époque des #JeSuis…., à toi, cher ami blogueur, de faire le choix entre : « #JeSuisBologueurThermometre » et « #JeSuisBlogueurThermostat ».

Sans cela, pour moi et selon moi, vous n’aurez jamais le droit de dire « Mondoblogito ergo sum ». Vous pourriez aussi me répondre que vous ne l’avez jamais dit et je vous demanderai à quoi donc sert votre blog.

Par Roger Mawulolo (Facebook / Twitter)

À propos de l'auteur

Mawulolo

Travaillant dans le domaine des TICs (Ingénieur Informaticien) dans un organisme international africain, il me semble au fil des ans que je deviens accro à l'écriture et à la communication. Que ce soit sous forme d'articles ou de commentaires sur le web, de présentation radio ou de spectacle, je m'y sens de plus en plus comme un poisson dans l'eau. Je suis un africain né sur le continent noir et y vivant. J'aime traiter de politique, de société et aussi de sport. Au delà, la gestion de programme Jeunesse est mon dada. A ce titre, je suis le gestionnaire actuel des projets "Jeunesse" d'une communauté regroupant 35 associations, venant de 24 pays, réparties en Europe, en Afrique, en Amérique latine, dans l'Océan indien et dans le Pacifique

Archives par auteur

17 Commentaires

  1. L’un des péchés qu’on fini par commettre lorsqu’on anime un blog, est de se sentir obliger de se positionner en dénonciateur, en frondeur ou whatever else.

    Comme le dit quelqu’un, être blogueur, ce n’est pas être investi d’une mission céleste.

    Le blog est par excellence le lieu de la liberté. Celle justement de dire ce qu’on veut. Commencer par assigner des rôles obligatoires à des blogs, c’est méconnaître l’essence du blog. Car, parler de produits cosmétiques, de boissons énergisantes, de produits éclaircissant, de sport ou de sexe, c’est aussi bloguer.

    Le blog doit avant tout rester une passion, et non une mission.

    Aph

    1. C’est vrai qu’il n’y a pas de « doit » à imposer. Mais à chacun son avis sur la chose. Pour moi ça doit être ça le blogging.
      Ne sont pas concernés donc les blogs marketing, publicitaires, presse et autres du genre …

    2. Bien dit Aph… surtout ne pas surrestimé notre « petit travail » de blogueur… gardons les pieds sur terre. De plus, nous avons d’excellent blogueurs qui n’écrivent que sur le foot, la mode, la gastronomie… ils ne sont pas moins blogueurs que le reste. L’important c’est de bien écrire, bien dessiner, bien parler , etc 🙂

  2. Il interpelle sur les voitures Peugeot au Benin, sensibilise sur les filles-mères et les garçons pères, conscientise les filles sur l’importance de cuisiner, informe sur la mode féminine et eveille la conscience des gens sur le bonheur des sens que procurent les sénégalaises. Alors à votre avis Roger est un blogueur thermomètre ou thermostat? ‪#‎JeSors‬

  3. C’est une question que tout blogueur qui se respecte doit se poser avant de se lancer dans cette aventure pas très souvent saine. Pas très souvent heureuse et paisible. S’il était question que de relater le vécu sans y apporter une touche qui impacte son entourage, qui change le quotidien de quelqu’un, qui contraigne les décideurs à prendre leur responsabilités, on se contenterait de lire les journaux ou de suivre les médias.

    Pour moi, le choix s’impose de lui-même. Un blogueur, un bon, un vrai, est un thermostat. No doubt !

    Merci pour la brillante analyse.

  4. De vous à moi, je n’aime pas la douleur. Walahi. Me faire zébrer par des coups de fouet parce que j’ai déjà souffert pour écrire des mots sur le web ? Ah non, double souffrance-là, je suis pas dans ça. Si je trouve un truc drôle, con, idiot et renversant, je dirai. Mais corriger les moeurs des gens ? qu’ils aillent se péter la gueule tout seul hein…

    Si vous voulez qu’on se dise des choses vraies, allons boire une bière à côté d’un mélange de porc et de dibi, on pourra dibiter toutes les conneries sur les travers politico-socio-cul-turo etc.

    Je reste un thermomètre. si je deviens thermostat, quelqu’un risque de mettre un terme à mon ètre !

    1. Mais mais mais, Wence tu es toujours drôle partout où tu passes. Déjà avec le « Wence Statmeter » j’ai commencé par rigoler. Mais après avoir lu ton commentaire jusqu’à « si je deviens thermostat, quelqu’un risque de mettre un terme à mon ètre ! » je n’ai pas arrêté de rire.

      Avec une touche d’humour tu impactes le quotidien des gens. Moi en premier. Je prends bien ma dose d’instant folie rien qu’en te lisant. Et si je peux me permettre de te classer dans une catégorie, tu n’es pas un Thermomètre. Tu es dans quellle catégorie donc ? Suis mon regard…

  5. Je pense que tout blogueur devrait (essayer d’) avoir un impact sur son environnement, quels que soient les thèmes abordés. Je suis plutôt partisan du blogging engagé, surtout que le blogging étant une passion, on ne se laisse que difficilement acheter par un camp ou par un autre. Cependant je suis d’accord avec Aphtal, il n’est pas question de forcer les uns et les autres à être des thermostats. Certains ne sont même pas des thermomètres et ils ne s’en portent pas plus mal.

    Pour ma part, j’espère être un thermostat.

    1. Nous le sommes tous. Chacun est libre de faire comme il l’entend. C’est comme les goûts et les couleurs.
      Moi voilà mon avis qui est là …
      C’est comme le vieux débat entre la littérature engagée et non engagée

  6. Après avoir lu attentivement ton billet je me dis que ton analyse tombe à pic en cette fin d’année. Il est important dans tous ce que l’on fait, de toujours se remettre en question. Là où je ne suis pas d’accord avec toi c’est quand tu établis des castes pour cataloguer les blogueurs Ton analyse me rappel un vieux débat qui a cours dans le monde des médias. Certains considèrent le journalisme culture comme une sous-rubrique, fait pour des paresseux. Avant la culture c’était le sport jusqu’à ce que le football devienne ce qu’il est aujourd’hui.

    Dans ton analyse, il y a un paramètre que tu sembles avoir oublié ; la sensibilité du blogueur. Chacun écrit en fonction de sa sensibilité. Et contrairement à ce que vous semblez penser, le blogueur qui choisit de parler de la vie à la belle étoile impacte aussi sur leur société. Etre blogueur ce n’est pas seulement critiquer ou dénoncer les méfaits des politiques qui ne sont d’ailleurs pas les seuls responsables de la misère en Afrique. On peut en racontant la vie de jeunes africains qui ont réussi sur le continent, en faisant les portraits des femmes combatives donner espoir aux gens. Les blogs qui parlent de littérature, de cuisine, des tics, du tourisme, de la mode, etc ont une fonction éducative, formatrice, de divertissement qu’il ne faut surtout pas négliger. La diversité des blogs, c’est ça qui fait la singularité de l’univers du blogging.

    1. Tout à fait « OK » avec toi.
      J’ai laissé dans mon billet des « failles » sciemment pour ouvrir une brèche pour un débat.
      Au départ j’avais juste voulu faire un constat sans avis tranché. a la fin j’ai décidé de le dire pour « faire mal ».
      Sinon même en foot on peut parler des dérives s’il y en a. En cosmétique ou beauté on peut dénoncer la dépigmentation par exemple etc…
      Mais sois rassuré je suis tout à fait conscient de ce que tous les commentaires ont dit.
      J’ai juste décidé d’occulter certaines choses comme un politicien pour faire réagir les gens. Tu vois un peu ?
      J’aime bien déranger quoi…. 😀
      En tout cas merci pour ta réaction et surtout pour avoir pris le temps de lire le billet que tu sembles avoir aimé hein lol

  7. Thermomètre ou Thermostat? Grandes questions que tout ça, mais bon, je ne pense pas que ce soit aussi tranché. Déjà faudrait voir combien sont « réellement » près à aller jusqu’au bout de leur engagement et à quel prix? Dans la même logique, le blog en tant que grande arme pour changer le monde, bien que ça ajoute sa petite goutte à l’ouvrage, j’ai du mal à y croire.

    Le combat, le vrai, ne se passe pas (seulement) derrière un clavier, c’est aussi un des graves problèmes de notre temps. La virtualité est une prison qui empêche de faire ce le nécessaire dans le monde réel, le vrai, là où ça compte.

    Du reste, comme le blog est avant tout un espace de liberté…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *