Chéri… tu es le plus beau… viens me prendre…

J’ai toujours été sidéré sinon séduit en entendant les interpellations utilisées dans les marchés de Lomé, par les commerçants. Ces derniers pour héler les potentiels clients sont très charmeurs et inventifs. Je vais m’attarder sur ce que font les commerçantes pas les commerçants. Et surtout ne me demandez pas pourquoi ce choix. Imaginez ce que vous voulez, en tout cas moi je préfère les approches des dames.

Je les inscris en 3 catégories : les séductrices, les scientifiques et tacticiennes et les spirituelles.

Commerçantes dans un marché de Lomé

Commerçantes dans un marché de Lomé

Les séductrices

Un véritable art de séduction dont le but final est de t’amener à acheter un produit. Si toi-même tu sais que tu es un garçon naturellement facile (si fille facile existe, c’est que l’opposé aussi existe, non ?), autant fuir sinon, tu vas acheter des choses dont tu n’as même pas besoin. Rien que le discours pourrait avoir raison de toi et de ta poche. Surtout si la commerçante a le joli teint et la peau satinée de mes compatriotes. Souvent elles ont aussi une belle voix qu’on aurait cru travaillée pour le métier.

Chez cette catégorie, c’est souvent les mots : chéri, beau gosse, joli garçon qui sont utilisés pour vous harponner.

Si vous ne vous sentez pas capable de résister, alors ne regardez ni dans leur direction, ni dans leurs yeux et ne vous en approchez surtout. Sinon elles vous font les yeux doux ou vous attrapent par la main.

L’enchaînement qui m’a le plus « touché » est celui dont j’ai fait le titre de ce billet. C’était dit en mina (langue locale de Lomé), « Amésron, odjé dékadjê ntô lo, va sôm zéd’é ka la ». Et puis, la voix qui a prononcé cela était tellement suave qu’il m’a fallu toute ma force de garçon honnête pour rester sur mon droit chemin.

Avec une telle phrase, comment voulez-vous qu’un garçon normalement constitué puisse résister ? Moi en tout cas, j’ai résisté je vous l’assure.

Les tacticiennes et les scientifiques

Cette catégorie a une capacité d’observation et de prise de décision très rapide. Elles vous observent et rapidement décident de la tactique à employer.

Si elles jugent que vous êtes un « responsable » (à Lomé, on utilise ce mot pour parler de quelqu’un de respectable), elles vous sortent direct « Monsieur » ou « Madame ». Si elles vous jugent assez ouvert ou jovial, elles vous servent « tonton », « tata », « tanti ». Mieux si elles détectent en vous un esprit maternel ou paternel, vous aurez « papa » ou « maman ».

Si elles vous voient comme un gars branché, elles peuvent commencer par fredonner un chant à la mode en vous interpellant « Grand hein cool catché » ou «adjé la o kpa kou wo» (deux termes en vogue grâce à des chansons pour indiquer que vous êtes au top niveau)

Si elles pensent que vous militez dans le parti au pouvoir Unir (Union pour la République) elles vous interpellent par « Miabé Faure »* et c’est sûr que si vous portez un tee-shirt de l’opposant Jean-Pierre Fabre, elles vont vous sortir un slogan de l’ANC (Alliance nationale pour le changement). Pour dire que même la liaison entre le marketing et la politique, elles savent le faire.

Si on vous appelle « connaisseur », ne soyez pas surpris. Elles veulent vous dire que vous êtes un expert dans tous les domaines et que vous saurez reconnaitre que son produit est de qualité. Qui n’aime pas être flatté ?

Dans tous les cas, vérifiez que la vendeuse qui vous parle ne connaît pas la fable de La Fontaine « Le corbeau et le renard ». Tout flatteur (toute flatteuse) vit aux dépens de celui qui l’écoute, ça vous dit quelque chose ?

Les spirituelles

Les plus futées peuvent vous aborder même avec une parole de la Bible si elles sentent en vous un chrétien. Souvent c’est « mon frère, Dieu a dit que l’homme mangera à la sueur de son front ». C’est pour indiquer qu’elles travaillent pour vivre et donc en achetant chez elles vous contribuez à la réalisation de la parole divine.

Il n’est pas rare de rencontrer des commerçantes ambulantes qui commencent d’abord par une petite séance d’évangélisation et un moment de prière avant de vous sortir ses produits à vendre. A vous de voir si c’est une vendeuse puissamment ointe du Saint-Esprit ou pas. En tout cas, elle vous aura dit que la fin du monde est proche et qu’il faut que vous naissiez de nouveau.

Si elles constatent que vous êtes musulmans, la salutation change et devient « Assala maléi koum ».

Quel que soit votre niveau ou votre provenance, ces bonnes dames ont toujours la tactique pour vous aborder. Et cela fait partie des charmes des marchés de Lomé.

Par Mawulolo (facebook / twitter)

* Miabé Faure : slogan de campagne du président du Togo, Faure Gnassingbé

À propos de l'auteur

Mawulolo

Travaillant dans le domaine des TICs (Ingénieur Informaticien) dans un organisme international africain, il me semble au fil des ans que je deviens accro à l'écriture et à la communication. Que ce soit sous forme d'articles ou de commentaires sur le web, de présentation radio ou de spectacle, je m'y sens de plus en plus comme un poisson dans l'eau. Je suis un africain né sur le continent noir et y vivant. J'aime traiter de politique, de société et aussi de sport. Au delà, la gestion de programme Jeunesse est mon dada. A ce titre, je suis le gestionnaire actuel des projets "Jeunesse" d'une communauté regroupant 35 associations, venant de 24 pays, réparties en Europe, en Afrique, en Amérique latine, dans l'Océan indien et dans le Pacifique

Archives par auteur

22 Commentaires

  1. ahahahahaha, je ne me rase qu’une fois, et en fin de semaine, j’ai déjà un menton assez garni et noirci. Tu n’imagines pas, les rares fois où je suis passé au grand marché… Je suis assailli de toutes parts par des vendeuses de rasoir. raaaaaaaaaaaaaaaaaa, il y en a qui osent m’appeler Papa ! J’ai envie de courir comme un dératé !

  2. « Avec une telle phrase, comment voulez-vous qu’un garçon normalement constitué puisse résister ? Moi en tout cas, j’ai résisté je vous l’assure. » Si je veux rester dans la logique de ta phrase, ça veut simplement dire que tu n’es pas normalement constitué car tu as résisté :p
    Il faut dire que si tu es une âme faible et que tu vas à assiganmé, tu risques de t’en sortir ruiner si tu veux accorder de l’importance aux ‘atalakou’ multiformes de ces commerçantes que tu dépeins si bien!

  3. Félicitations, c’est un article qui sort un sujet unique. Je ne crois pas que toutes ses femmes ont suivi une formation marketing, elles sont inventrices de techniques parfaites de ventes dignes de grandes écoles.

  4. un jour, une commerçante m’a remis un parfum que je ne voulais pas acheter.Elle m’a demandé de partir avec , elle a même insisté, que c’etait un cadeau. J’étais tellement intimidé mais j’ai finit par partir sans acheter hein

  5. Hahaha. C’est Assigame tout trace…Trop rigolo. En tant que femme j’ai eu droit a la version « seductrice » aussi venant d’une femme qui voulait me vendre un soutien gorge… »cherie, tu as une belle poitrine lo »…je la regarde interloquee et elle me fait grand sourire…je suis pas femme facile mais les 2 soutiens qui m’ont suivie pourraient en attester autrement :)…ah oui certaines tacticiennes ne reussissent pas toujours leur coup…une tante a moi etait tres fachee de se voir interpellee « grand-maman , va la ». Haha. Merci pour ce joli trubute a toutes ces femmes qui font l’ame de nos marches et dont certaines ont tant souffert…cette convivialite au marche manque en occident et j’ai hate de la retrouver dans quelques jours….encore bravo!

  6. Très beau billet !!!!! Bravooooo tu as réussi à me transporter vers ce marché ! J’ai comme la voix de ces vendeuses à l’oreille ! Chez moi, tu trouverais les mêmes catégories parmi les … vendeurs.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *