décembre, 2014

Sans vocation, le travail n’est rien (Partie 2)

Dans les langues africaines, la vocation pour un métier est souvent considérée en ces termes : « Il a ce métier dans le sang ». Ce qui indique clairement qu’il y a un sens inné. La vocation peut donc être définie comme le résultat de nos aspirations innées et de nos capacités réelles.

Dans la partie 1, nous avons traité des enseignants, des médecins, des agents des forces de l’ordre, des religieux et des journalistes.
Nous continuons notre tour d’horizon des métiers pour lesquels la vocation est plus que primordiale.

S’occuper des filles-mères, c’est bien. Et les garçons-pères ?

Garçon-père - Image libre Pixabay - Retouche par MawuloloGarçon-père - Image libre Pixabay - Retouche par Mawulolo

A Lomé (Togo), on leur donne le sobriquet de « Vi-pères ». Ce n’est pas pour dire qu’ils sont venimeux comme des vipères mais juste pour dire qu’ils sont des pères précoces. (« Vi » en mina* veut dire « enfant », donc « enfant-père »). Souvent pour […]

Accueil d’immigrés et de réfugiés : faire du bien peut se retourner contre soi

Un otage qui a pu fuir - Photo : ReutersUn otage qui a pu fuir - Photo : Reuters

Les derniers 24 heures en Australie nous ont tenus en haleine. Un scénario digne des séries « 24 heures chrono » ou encore « Homeland » s’est soldé par la mort de 3 personnes dont le preneur d’otage, un iranien d’origine. Le preneur d’otage […]

Sans vocation, le travail n’est rien

Avant les années 70, et surtout avant qu’on en arrive à la crise de l’emploi et à la crise économique permanentes que nous vivons actuellement, beaucoup de métiers étaient suscités par la vocation et la passion. De nos jours, tout le monde exerce tous les métiers pour peu qu’ils puissent en vivre. La vocation est cette chose qui donne à l’individu de l’amour pour son métier, surtout si ce métier ressemble à un service à rendre aux autres.

Mode féminine : le crépu pas encore à son crépuscule

Mon père m’a toujours dit : « Mon fils, durant toute ta vie, il y a un être qui ne cessera de t’étonner, c’est la femme ». J’avoue que je croyais qu’il était dans un délire du 3e âge, mais avec le temps, je constate que le vieux me parlait en sage et en expérimenté. Les esprits retors là, n’allez pas penser que mon pater a accumulé son expérience à force de les tester hein.